L’occlusion, un paramètre essentiel à la pérennité d´une restauration

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°37 - 28 octobre 2020 (page 46-54)

7. Guidage incisif en propulsion par fonction de groupe antérieure.

Information dentaire

Face à une perte de substance, il est important d’analyser et de prendre en compte l’environnement occlusal. Afin d’éviter tout dommage du système masticateur, les structures neuromusculaires et l’occlusion doivent être examinées en préambule de chaque traitement restaurateur. Cette étude occlusale passe par des examens cliniques et par l’analyse des modèles d’étude, montés dans les cas complexes sur articulateur. Cet article aborde les différentes règles à respecter afin de ménager l’appareil manducateur et d’assurer la pérennité des restaurations.

Pour un résultat pérenne, il est important de diagnostiquer et de corriger d’éventuelles mal-occlusions ou prématurités avant d’envisager les restaurations [1].

Schéma occlusal

La première étape du traitement restaurateur réside dans le choix du schéma occlusal. Il existe deux approches : le maintien de l’occlusion d’intercuspidie maximale (OIM) ou la modification de l’OIM en occlusion de relation centrée (ORC) [2].

L’approche la plus fréquemment utilisée est le maintien de l’OIM. On la choisit lorsque l’OIM du patient est satisfaisante et que la dimension verticale (DV) reste inchangée. Elle est recommandée lors de restauration unitaire ou bridge de petite étendue. C’est l’approche favorite des praticiens, car elle est simple, prédictible et sécurisée. Elle demande très peu d’adaptation neuromusculaire au patient. Elle reste valable dans les cas où il existe une légère différence entre l’OIM et l’ORC.

La modification de l’OIM en ORC est indiquée lorsqu’un nouveau schéma occlusal est nécessaire, c’est-à-dire dans le cas d’une OIM non satisfaisante, de la nécessité d’augmenter la DV, lors d’une réhabilitation étendue ou complète restaurant plusieurs dents.

Ce nouveau schéma occlusal doit être testé, par une phase de restauration provisoire, pour contrôler sa tolérance par le patient et éviter tout risque d’échec. Pour une augmentation de DV supérieure à 5 mm au niveau incisif, la phase de temporisation est indispensable ; elle semble moins utile lorsque la DV est inférieure à 5 mm. En effet, les études actuelles ont montré qu’une augmentation de la DV jusqu’à 5 mm au niveau incisif, soit 2,6 mm au niveau molaire, est une procédure fiable et sans danger pour le système neuromusculaire [3].

L’objectif de la nouvelle DV thérapeutique sera de ne pas accentuer de manière défavorable la typologie initiale du patient. Or, comme le notent J.-D. Orthlieb et E. Ehrmann…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Évolutions dans le traitement des pertes de substance majeures des dents du secteur postérieur

En dentisterie restauratrice, la tendance actuelle est, dans la mesure du possible, de « copier la dent naturelle grâce aux restaurations...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Reconstructions esthétiques unitaires périphériques des dents antérieures : les céramiques d’hier et d’aujourd’hui

La reconstruction des dents antérieures délabrées fait depuis bien longtemps appel à la céramique. En effet, avant même les années...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Composites stratifiés et composites injectés : deux philosophies complémentaires

L’injection de composite est une nouvelle approche en restauration directe permise par l’évolution des matériaux. Elle vient compléter l’arsenal thérapeutique...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Donnons une chance à nos restaurations directes en composite !

La dentisterie minimalement invasive au service de l’esthétique Les moyens d’interception et de prévention de la maladie carieuse, ainsi que le...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Fermeture de triangles noirs par résine composite en technique directe

Si les techniques de reconstruction papillaire présentent des résultats non prédictibles, les facettes céramiques peuvent être une réponse fiable au...
CFAO Esthétique

Article réservé à nos abonnés La mise en esthétique immédiate 100 % numérique

Il est souvent difficile d’intégrer une mise en charge immédiate au laboratoire. En effet, ce travail est particulièrement chronophage. Il...