L’évidence du bridge collé à une ailette pour le remplacement d’une incisive… ou pas !

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 15 octobre 2021
Information dentaire
La mise en place d’un bridge collé présente des taux de survie élevés, mais toutes les situations cliniques ne peuvent pas (encore) être résolues par cette thérapeutique. Les situations de parafonction (usure par attrition notamment), de diastèmes ou de supraclusion ne pouvant être traitées par orthodontie préalable quelle qu’en soit la raison (dents à support parodontal trop affaibli pour être pilier support de bridge collé, édentements multiples sectoriel, dents bordant l’édentement trop délabrées ou présentant des préparations périphériques existantes), contre-indiquent le bridge collé, de façon relative ou absolue.

L’implantologie reste une thérapeutique fiable, extrêmement bien documentée, dont on connaît les risques et qui peut être encore appréhendée dans de nombreux cas en secteur esthétique.

Le remplacement d’une dent unitaire antérieure est toujours un défi, étant donné les objectifs esthétiques et fonctionnels (phonatoire et masticatoire) qui sont à rétablir.

Cet article est le second d’une thématique abordant la prise de décision entre l’implant et le bridge collé à une ailette en secteur antérieur. Après une première partie axée principalement sur le bridge collé cantilever, nous aborderons ici le sujet de la pose d’implant dentaire en secteur antérieur puis, une synthèse à propos des critères de choix et proposerons un arbre décisionnel.

Les options thérapeutiques du bridge conventionnel avec préparations périphériques ou de la prothèse amovible ne seront pas abordées.

Contexte

La mise en place d’une prothèse implantoportée pour remplacer une dent dans le secteur antérieur est une thérapeutique fiable [1], mais nécessite le plus souvent des reconstructions des tissus osseux et gingivaux [2].

De nombreuses études ont évalué de façon positive la perception des résultats esthétiques des prothèses implantoportées par les patients eux-mêmes, ainsi que l’impact sur l’amélioration de leur qualité de vie [3-6]. Le recours systématique à l’implantologie doit cependant être mesuré, de par les conséquences des problèmes mécaniques et biologiques que nous pouvons rencontrer.

Il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de situations cliniques peuvent faire appel à la chirurgie implantaire pour avoir des résultats esthétiques et fonctionnels stables dans le temps.

Causes de l’édentement en secteur antérieur

Pour rappel, il existe deux causes principales de l’édentement antérieur : l’agénésie des incisives latérales (1,5 à 2 % de la population mondiale) [7] et le traumatisme et ses conséquences (fracture radiculaire, infection, résorption radiculaire…) menant à la perte de la dent.

Le ressenti du patient face à l’implantologie

Il convient en premier…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Overlay en composite réalisé par impression 3D : un des premiers cas cliniques et premières réflexions

La fabrication additive, plus couramment appelée impression 3D, est abordée depuis maintenant plusieurs années dans le domaine de la médecine...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Phénomènes d’usures par frottement au sein des dispositifs médicaux… En toute simplicité

Pascale Corne a réalisé une thèse d’université sur les mécanismes d’usures au sein des connexions implantaires co-dirigée par Jean Geringer,...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Usure abrasive à trois corps ou « Abrasion »

L’usure est la détérioration que produit l’usage. Au niveau des tissus dentaires, c’est une manifestation physiologique, cumulative et irréversible qui...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Intérêts des exosomes dans la régénération osseuse et parodontale

La parodontite est une maladie inflammatoire associée à une dysbiose, affectant 50 % des adultes et survenant plus fréquemment chez les...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’extension préventive : une renouveauté ?

Aujourd’hui ressurgit sur Internet et dans la littérature dentaire non scientifique, le vieux concept d’extension préventive décrit par Black en 1891....
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Complémentarité entre biomatériaux et procédés de fabrication : le cas du larynx artificiel

Le Pr Pierre-François Ceccaldi et Vincent Lemarteleur travaillent au sein du département de simulation en santé de l’Université de Paris....