Maintien de l’espace : quand et comment ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 15 mars 2024 (page 37-44)
Information dentaire
Une dent naturelle constitue le meilleur mainteneur d’espace qui soit, mais il arrive que l’extraction de la dent temporaire ne puisse être évitée. La perte prématurée d’une ou plusieurs dents temporaires peut, dans certaines situations si elle n’est pas compensée, induire ou aggraver des malocclusions qui ne pourront ensuite être corrigées que par un traitement orthodontique. L'un des rôles du chirurgien-dentiste, dans un contexte de prévention, est de s’assurer d’une bonne gestion des espaces pour un bon déroulement de la dentition. La pose d’un mainteneur d’espace peut être nécessaire, celui-ci doit alors satisfaire des critères bien définis. L’objectif de cet article est d’aider le praticien dans le choix du mainteneur d’espace le plus approprié à une situation clinique donnée.

Tableau 1. Malocclusions rencontrées dans les trois sens de l’espace à la suite de la perte prématurée d’une ou plusieurs DT [1, 8, 16]

Plan vertical

Plan sagittal

Plan transversal

Égression de la dent antagoniste

Diminution du périmètre d’arcade et perte de l’espace laissé par la dent absente par dérive mésiale et/ou distale des dents adjacentes engendrant :

– encombrement non compensé par le leeway space lors de l’établissement de la denture adolescente

– modification de la classe d’Angle

– éruption ectopique, voire rétention du germe de la dent permanente

Décalage possible des milieux inter-incisifs

Perte multiple en antérieur : interposition linguale avec persistance de la déglutition primaire

Perte multiple en postérieur : risque de perturbation de la croissance par position basse de la langue (endoalvéolie avec occlusion inversée)

Abréviations

• DT : dent temporaire

• DP : dent permanente

• ME : mainteneur d’espace

• M1 : première molaire permanente

• m1 : première molaire temporaire

• m2 : deuxième molaire temporaire

• mt : molaires temporaires

• PM : prémolaire

La perte précoce d’une dent temporaire (DT), principalement d’origine carieuse ou traumatique, se produit fréquemment et constitue une préoccupation majeure pour le chirurgien-dentiste pédiatrique et l’orthodontiste [1]. En 2009, au Brésil, Fadel et coll. ont montré qu’en phase de denture mixte, sur 528 enfants, 20 % avaient déjà perdu une DT avant la date d’exfoliation physiologique et que la probabilité de voir se développer ou s’aggraver des malocclusions était augmentée de 24 % chez ces enfants par rapport à ceux n’ayant pas perdu de DT prématurément [2]. En France, il n’existe pas d’étude similaire, mais la prévalence des DT affectées par une lésion carieuse cavitaire non traitée est de 30 % et un trauma dentaire touche un enfant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible complète pédiatrique : réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un jeune patient âgé de 5 ans se présente en consultation d’odontologie pédiatrique avec, comme seul antécédent médical connu, la...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Anomalies de structure : mieux diagnostiquer pour mieux traiter

Le diagnostic précoce et la prise en charge adéquate des anomalies de structure est un challenge que tout chirurgien-dentiste est...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Luxations des dents permanentes immatures : gestion de l’urgence

Lors d’une luxation des dents permanentes immatures, ce sont les incisives maxillaires qui sont le plus souvent concernées [2]. Ces...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Regards croisés sur l’extraction des premières molaires permanentes atteintes d’Hypominéralisation Molaire-Incisive (MIH)

L’acronyme MIH désigne l’Hypominéralisation Molaire-Incisive, une anomalie qualitative de l’émail dentaire, touchant une à quatre premières molaires permanentes (PMP) et...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prise en charge pharmacologique de la douleur chez l’enfant

En 2020, l’International Association for the Study of Pain (IASP) a reformulé la définition de la douleur. Celle-ci est désormais...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Le fluor en questions

Parler du fluor n’est pas si simple. En raison de sa haute réactivité, il n’existe pas sous forme isolée et...