Ostéopétrose et pycnodysostose, un modèle physiopathologique d’ostéonécrose des mâchoires induite par les antirésorptifs osseux

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 26 mai 2021 (page 44-50)
Information dentaire

L’ostéopétrose et la pycnodysostose sont des maladies génétiques rares à l’origine d’une hyperdensité osseuse. Elles sont parfois à l’origine de complications maxillo-faciales, comme l’ostéomyélite, dont la symptomatologie présente de grandes similitudes avec celle des ostéochimionécroses (OCN) [1, 2].

L’objectif de cet article est de revisiter la physiopathologie des OCN à la lumière de ce que nous connaissons de ces deux pathologies ostéocondensantes.

Physiopathologie des OCN et similitudes avec certaines maladies ostéocondensantes

Il existe différentes maladies osseuses d’origine génétique caractérisées par une ostéosclérose (c’est-à-dire une hyperdensité osseuse), telles que l’ostéopétrose et la pycnodysostose. Les mécanismes physiopathologiques impliqués dans ces pathologies sont à l’origine de diverses manifestations, comme une petite taille (fig. 1) ou une fragilité osseuse accrue. Elles peuvent également avoir des répercussions au niveau de l’os maxillaire ou mandibulaire : on parle alors d’osétomyélite. L’ostéopétrose et la pycnodysostose sont des maladies génétiques rares dont la physiopathologie repose sur un mécanisme cellulaire commun aux médicaments antirésorbeurs osseux, puisqu’il implique les ostéoclastes. L’activité des ostéoclastes est étroitement régulée par la voie de signalisation RANK/RANKL/OPG. Une diminution du RANKL, ou une augmentation de l’OPG, entraîne une diminution de la résorption osseuse. La cathepsine K (CTSK) a également été identifiée comme marqueur de l’activité ostéoclastique. L’altération de ces voies de signalisation de l’activité ostéoclastique peut être en rapport avec une perte de fonction d’origine génétique (ostéopétrose, pycnodysostose) ou bien résulter d’une inhibition médicamenteuse (antirésorbeur osseux).

Les OCN

La physiopathologie des OCN liées aux antirésorbeurs osseux n’est pas encore complètement élucidée. Plusieurs hypothèses ont été proposées pour expliquer la localisation exclusive de l’OCN aux os maxillaires et mandibulaires. La diminution du remodelage osseux par inhibition de la résorption osseuse assurée par les ostéoclastes est le premier mécanisme évoqué. En effet, les bisphosphonates (BP) inhibent la résorption osseuse en induisant l’apoptose des ostéoclastes matures, et le dénosumab agit en empêchant la formation d’ostéoclastes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...