Prédire simplement le résultat esthétique d’une réhabilitation prothétique implantoportée

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 5 juin 2019 (page 210-216)
Information dentaire
Comment gérer des cas à fort enjeu esthétique ?
Qu’est-ce qu’un guide esthétique ?
Comment est-il réalisé ?
Quel est son pouvoir ?

Dans le secteur antérieur maxillaire, il est fondamental de pouvoir prédire le résultat esthétique à l’issue de la phase chirurgicale et de la phase prothétique. Les radiographies 2D et 3D apportent beaucoup d’informations quant au volume osseux disponible et de son adéquation avec le couloir prothétique. Elles permettent également d’avoir une bonne prédictibilité de la présence complète ou partielle des papilles. Le guide esthétique, outil complémentaire, apporte lui aussi de nombreuses autres informations qui permettront d’envisager sereinement le traitement implantaire. Ce guide esthétique réalisé avec des dents du commerce est très simple de mise en œuvre. Cet article a pour objectif d’illustrer ses avantages à travers un cas clinique.

Cas clinique

Un patient de 55 ans vient consulter pour avis prothétique. Il désire connaître les solutions envisageables pour le remplacement de ses incisives qu’il sait non conservables.
Lors de l’anamnèse, il peut exposer leur long passé thérapeutique, le fait qu’elles aient été dépulpées et couronnées. Suite à l’apparition de lésions inflammatoires d’origine endodontique (LIPOE), deux chirurgies de résections apicales avaient été réalisées, sans succès car des abcès persistent, occasionnant des douleurs chroniques au niveau du secteur antérieur maxillaire.
L’interrogatoire médical révèle une allergie à la roxithromycine et des allergies respiratoires à certains pollens. Aucun tabagisme n’est signalé.

L’examen endobuccal montre deux fistules en regard des apex de 12 et 21 (fig. 1). Nous notons la présence d’une classe III squelettique, d’une occlusion inversée du côté droit (fig. 2) et des édentements non compensés au niveau de 26 et 36. L’orthopantomogramme révèle la présence d’une volumineuse lésion kystique qui s’étend de la 12 à la 22 (fig. 3).

Une imagerie 3D est réalisée…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse amovible

Mesures d’hygiène et prothèses amovibles en résine

La mise en œuvre de moyens d’hygiène adaptés est très importante chez les porteurs de prothèses amovibles pour prévenir les...
Prothèse

20 ans de prothèse maxillofaciale

Si la prothèse maxillo-faciale a fortement évolué dans les années 1915-1920, lors de la Première Guerre mondiale, avec le nombre...
Prothèse fixée

20 ans de prothèse fixée traditionnelle

es principes en prothèse fixée ont fortement progressé ces dernières années, sous l’impulsion essentiellement de l’évolution des matériaux, des progrès...
Prothèse amovible

20 ans de prothèse amovible complète au laboratoire

Considéré comme incurable durant des centaines d’années, l’édenté total a fait preuve de patience pour se voir offrir les prémices...
Prothèse amovible

20 ans de prothèse amovible complète : clinique

Notre profession est tributaire du geste. Ce dernier ne peut se soustraire à l’apprentissage. L’enseignement par des « Maîtres » supposés avoir...
Prothèse amovible

20 ans de traitements par prothèse partielle amovible

La prothèse amovible partielle (PAP) est l’expression prothétique la plus ancienne pour pallier les désordres bucco-dentaires causés par l’édentation. On...