Prise en charge de la fracture coronaire d’une incisive centrale maxillaire : apport du collage en attente de la prothèse permanente

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 30 juin 2015 (page 163-167)
Information dentaire
Comment réparer une dent fracturée par réattachement des fragments ?
Quel est le plan de traitement ?
Quelles sont les procédures cliniques ?

La fracture coronaire de l’incisive centrale maxillaire est une affection très fréquente. Elle est à l’origine de préjudice fonctionnel lié à la mobilité d’un ou de plusieurs fragments mais surtout à celui de l’esthétique du fait de la perte tissulaire. Dans le choix du traitement qui est fonction de la situation et de l’importance de la fracture, la conservation de la dent doit être de rigueur, car c’est le principe fondamental de la dentisterie. Aussi, permet-elle la mise en place de thérapeutiques adaptées multidisciplinaires. Cette conservation temporaire du fragment, se fait par l’utilisation de biomatériaux de collage qui sont de plus en plus performants du point de vue rétention et esthétique et cela grâce aux progrès scientifiques (1, 2, 3). Cette conservation de la dent rencontre néanmoins des contre-indications locales en termes de situation de la fracture, de la performance de la technique et du matériau (4, 5, 6). Le but de cet article est de montrer l’importance de l’accompagnement à la fois fonctionnel et esthétique à l’aide des tissus naturels tout en évaluant les performances rétentives d’une colle dans la gestion immédiate d’une fracture coronaire simple chez un sujet jeune, en attendant la restauration prothétique définitive.

Présentation du cas
L’examen initial
Il s’agit d’un patient jeune âgé de 14 ans venu consulter pour une fracture au niveau de l’incisive centrale gauche. L’interrogatoire révèle que la fracture est survenue à moins de deux heures. Le patient ne présente aucun antécédent médical, ni chirurgical. Les examens locorégionaux à l’inspection et à la palpation sont normaux. À l’examen endobuccal, l’hygiène est moyenne mais la gencive est saine. On ne note pas de carie, ni d’obturation, ni de dents absentes, mais une fracture légère du bord incisal de la 11. L’examen de l’occlusion montre un engrènement dento-dentaire satisfaisant. L’examen de la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...