Prothèse amovible complète maxillaire opposée à une prothèse mandibulaire stabilisée sur barre

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°5 - 30 novembre 2016 (page 361-365)
Information dentaire
Comment gérer un échec implantaire ?
Pourquoi une prothèse mandibulaire sur barre implantaire peut-elle basculer ?
Coment gérer un “pas-à-pas” clinique et de laboratoire ?

Le “pas à pas” clinique et de laboratoire

Dans cette publication, nous décrivons le cas d’un échec clinique prothético-implantaire, traité secondairement par une prothèse complète maxillaire et une prothèse mandibulaire stabilisée sur barre.

HISTORIQUE DU CAS
Il s’agit d’un patient âgé de 47 ans, souffrant d’un diabète important, non stabilisé à l’époque, ayant entrainé la perte progressive de l’ensemble de ses dents.
Après validation d’un montage prospectif, la pose d’implants dentaires a été réalisée au maxillaire et à la mandibule, suivie de l’élaboration de prothèses amovibles sur barres implantaires (fig. 1).



Dans la semaine suivante cette réhabilitation, le patient consulte et se plaint fortement d’un “décrochage bruyant et incessant” de sa prothèse mandibulaire, particulièrement au cours des repas.
Le praticien procède alors à de nombreuses retouches et à des resserrages réguliers des attachements. Rien n’y fait, et la situation perdure pendant de longs mois …
Concomitamment, les implants maxillaires sont perdus …
Un manque de stabilité des prothèses, entrainant alors un régime alimentaire non adapté à la stabilisation du diabète du patient, ont certainement favorisé cet échec.
Le praticien implantologiste avec lequel nous travaillons régulièrement, nous oriente le patient et nous décidons, en accord avec le praticien, d’entreprendre une nouvelle restauration prothétique, en repensant totalement la conception de la barre supra implantaire mandibulaire.
En effet, la première suprastructure, de par sa conception, ne permet pas une bonne stabilité prothétique : l’association d’une barre non fraisée avec des attachements de type “poires” (M3 Ceka) ne peut que procurer une bascule antéro-postérieure de la prothèse (fig. 2).

LA NOUVELLE RÉHABILITATION : “PAS À PAS”
Après réalisation d’un projet prothétique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...