Prothèse amovible supra-implantaire et édentement partiel : choix raisonné d’un traitement évolutif

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 30 septembre 2017 (page 243-252)
Information dentaire
Quelles sont les indications de la PAPSI ?
Quels en sont les avantages et les inconvénients ?
Comment gérer efficacement un cas clinique ?

Devant l’édentement partiel de grande étendue, pour lequel la prothèse fixée conventionnelle est inenvisageable, plusieurs solutions thérapeutiques viennent naturellement à l’esprit du praticien : le bridge implantoporté (BIP) ou la Prothèse Amovible Partielle conventionnelle (PAP), mais on parle moins de la Prothèse Amovible Partielle Stabilisée sur Implants (PAPSI). Lorsque des conditions propres au patient, qu’elles soient locales, générales ou personnelles, ne permettent pas d’envisager une solution fixe ou lorsque le passage à une prothèse complète amovible n’est psychologiquement pas acceptable pour le patient, elle permet de résoudre efficacement certaines situations cliniques et de pouvoir faire évoluer le traitement vers un BIP ou une PACSI (Prothèse Amovible Complète Stabilisée sur Implants) à plus long terme si les données cliniques ou personnelles du patient ont elles aussi évolué.

Indications de la PAPSI

La PAPSI est indiquée dans les cas d’édentements partiels de moyenne à grande étendue pour lesquels les règles de la triade de Housset ne peuvent être respectées efficacement par PAP conventionnelle [1]. Celle-ci permet de restaurer fonction et esthétique, tout en assurant la pérennité des structures buccales du patient et le maintien d’un confort certain, à condition que stabilité et rétention prothétiques puissent être obtenues avec les éléments cliniques présents. Pour cela, l’anatomie des surfaces d’appui (dentaires et ostéomuqueuses), la répartition et la valeur des dents restantes ainsi que la nature de l’arcade antagoniste sont autant de facteurs favorables ou défavorables selon les cas.
On peut donc dégager un certain nombre de situations où, dès l’examen visuel de l’arcade partiellement édentée, le praticien sait que l’équilibre prothétique sera quasiment impossible à obtenir [2, 3] :
• les édentements en extension (classe I ou II de Kennedy Appelgate) incluant au…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...