Protocole de validation des moulages imprimés issus d’empreintes numériques dans des situations de prothèse implantaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°1 - 15 février 2022 (page 34-42)
Information dentaire
– Quels sont les objectifs principaux de l’empreinte en prothèse implantaire ?
– Quelle fiabilité peut-on accorder aux modèles imprimés d’après une empreinte optique ?
– Quelle est l’erreur possible liée à un analogue insuffisamment enfoncé dans le modèle imprimé ?

La prothèse implantaire, largement répandue requiert un grand niveau de précision d’exécution. Dans la méthode numérique, il est généralement indispensable de fabriquer un modèle par impression 3D pour y placer l’analogue physique. Le but de cet article est de vérifier la précision de ce modèle par rapport au document de capture. Un protocole original décrit ci-après a été imaginé pour mesurer les écarts pouvant exister entre ces deux situations.

Quelle que soit la technique d’empreinte utilisée, analogique ou numérique, les objectifs sont identiques : enregistrer l’environnement muqueux péri implantaire et situer la position de l’implant dans les trois plans de l’espace. Pour cela, une pièce spécifique (transfert) est connectée à l’implant pour en donner l’orientation et la profondeur (fig. 1).

La technique analogique se résume ainsi : après dépose de la vis de cicatrisation, le transfert est placé dans l’implant, un porte-empreinte ajouré au-dessus du transfert est garni d’élastomère. Après désinsertion du porte-empreinte, l’analogue est connecté au transfert, un masque gingival en silicone entoure la zone de jonction prothétique, puis l’empreinte est moulée pour obtenir le modèle de travail (fig. 2a-f).

La méthode numérique se décompose en deux étapes cliniques :

  • après retrait de la vis de cicatrisation, la première phase enregistre l’arcade et la zone muqueuse périphérique à l’implant. Le transfert est alors mis en place, l’enregistrement se concentre alors uniquement sur le transfert et les dents collatérales (fig. 3a-d) ;
  • un modèle est imprimé à partir d’un fichier numérique au format STL. Il comporte, au niveau du site implantaire, une cavité dans laquelle l’analogue métallique sera inséré manuellement pour reproduire la situation clinique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...