Équilibration occlusale raisonnée de la prothèse sur implant

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°35 - 14 octobre 2020 (page 22-26)
Information dentaire

Dans notre pratique quotidienne, il est habituel de remarquer des prothèses sur implant(s), unitaires ou de petite étendue, terminales ou encastrées,en sous-occlusion. Il est particulièrement courant d’entendre ou de lire que les racines artificielles sous-jacentes sont ainsi protégées, n’étant pas en capacité mécanique de supporter les charges occlusales courantes.

L’objectif de cet article est d’analyser objectivement, à partir d’une courte revue de littérature, le pourquoi d’un tel concept occlusal, de relativiser la pseudo-fragilité des ensembles implanto-prothétiques et, à l’aide d’illustrations cliniques, de proposer d’équilibrer les prothèses implantaires en créant des points d’occlusion qui renforcent ou optimisent l’occlusion d’intercuspidie maximale (OIM).

Dans notre pratique quotidienne, il est habituel de remarquer des prothèses sur implant(s), unitaires (fig. 1) ou de petite étendue (fig. 2), terminales (fig. 3, 4, 5) ou encastrées qui sont en sous-occlusion. Et il est tout aussi habituel de constater que cette façon de faire ne choque pas vraiment les patients, sauf parfois ceux qui s’interrogent sur la pertinence d’avoir une dent sur laquelle ils ne peuvent pas mâcher, ce qui, en y réfléchissant bien, est certainement contre-nature.

Comment en est-on arrivé à cette étrangeté ?

On le doit très probablement à Carl Misch et à son célèbre concept de serrement différentiel présenté au début des années 1990 [1]. Misch proposait alors d’équilibrer l’occlusion des prothèses implanto-fixées unitaires ou de petite étendue, selon trois étapes :

  • premièrement, avant l’essayage de la prothèse : il est demandé au patient de claquer des dents pour tatouer, classiquement, les contacts occlusaux sur les dents naturelles avec un ruban marqueur. Misch conseille d’utiliser un papier de « moins de 25 µm d’épaisseur » [2] ;
  • deuxièmement, après la mise en place de la prothèse : il est, de nouveau, demandé au patient de claquer des dents sur un ruban marqueur d’une autre couleur. L’opérateur doit retrouver les mêmes contacts occlusaux sur les dents naturelles. Ce qui suppose, à l’évidence, l’élimination d’une éventuelle surocclusion prothétique, mais surtout, à ce stade, l’élément prothétique ne doit présenter aucun contact occlusal et doit être mis, de fait, en sous-occlusion ;
  • troisièmement, toujours après la mise en place de la prothèse : il est, cette fois, demandé au patient de serrer des dents très fort sur le même ruban marqueur. L’objectif est de forcer l’ingression des dents afin d’obtenir, enfin, des contacts occlusaux sur l’élément prothétique.

Le concept de Misch peut…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Occlusion fonctionnelle et mastication

Articulation temporo-mandibulaire (ATM), muscles, faces occlusales, système nerveux central (SNC) : la mastication met en relation dynamique 4 éléments principaux,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Dépistage d’une dysfonction temporo-mandibulaire avant réhabilitation implanto-portée chez l’édenté en secteur postérieur

Une dégradation de l’état articulaire à court ou moyen terme impose une prise en charge, incluant parfois la réfection des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Dysfonctionnements temporomandibulaires algiques aigus

Les dysfonctionnements temporomandibulaires (DTM) occasionnent parfois une invalidité et une souffrance qui impactent significativement la qualité de vie des patients...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Coronoplasties occlusales préprothétiques

La problématique de l’équilibration préprothétique n’est pas nouvelle : elle a été décrite par Pline l’Ancien 23 ans après J-C....
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 2)

Bien positionner la tête et le corps du patient Un patient allongé avec la tête en hyperextension n’aura probablement pas...