Reconstruction en antéposition

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 13 juillet 2022 (page 18-23)
Information dentaire

Le congrès Occlusion, organisé à Marseille en juin dernier, a notamment permis de détailler les raisonnements, les protocoles et les difficultés de la reconstruction en antéposition, une technique exigeante en termes de précision occlusale. Quand celle-ci est bien maîtrisée, elle montre une excellente adaptation du patient à sa nouvelle position mandibulaire.

Cet article, rédigé par deux intervenants du congrès et son président, présente un cas clinique dont l’objectif est d’illustrer les étapes diagnostiques et thérapeutiques à mettre en œuvre lors d’une reconstruction occluso-prothétique dans une position thérapeutique corrigeant la relation intermaxillaire initiale.

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des migrations dentaires, des affrontements occlusaux chaotiques, mais également à une relation dento-squelettique défavorable. Cela s’accompagne souvent d’une usure excessive des dents, plus ou moins associée à une perte de dimension verticale.

Les praticiens se rendent compte que ces usures se sont développées sur de nombreuses années en modifiant également les relations intermaxillaires. Cette modification constitue ainsi une réponse adaptative à l’évolution continue des usures/délabrements des dents.

Ces situations nécessitent souvent une reconstruction de l’architecture occlusale, avec parfois une modification de la relation intermaxillaire et non pas une restauration prothétique dans le contexte existant.

La relation intermaxillaire

Avant tout type de réhabilitation, il est nécessaire d’identifier les causes qui ont conduit aux anomalies occlusales. Aucune reconstruction occlusale étendue ne peut être engagée sans mettre en œuvre au préalable des procédures diagnostiques cliniques et instrumentales approfondies.

Pour toute réhabilitation occlusale, deux paramètres principaux sont à établir : le premier est la position de référence entre les arcades (il s’agit d’une exigence pour la stabilité future de l’appareil manducateur), le deuxième est la dimension verticale d’occlusion. Elle est évaluée céphalométriquement par la valeur de l’angle de la hauteur faciale inférieure, ou Lower Facial Height (LFH), entre le point supragonion (Pm), le point Xi, et l’épine nasale antérieure.

Dans certains cas de réhabilitation occlusale complexe, la relation intermaxillaire recherche une situation d’équilibre des Articulations Temporo-Mandibulaires (ATM) avec des structures saines, de sorte que condyles et disques présentent un centrage fonctionnel et anatomique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les infraclusions des molaires temporaires et la gestion du volume osseux résiduel

Quand un traitement orthodontique est indiqué dans le cadre de la persistance d’une molaire temporaire, l’orthodontiste doit toujours choisir entre...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des SAHOS chez l’enfant et l’adulte. À propos de deux cas cliniques

Physiopathologie du SAHOS Le SAHOS est décrit, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « par la survenue, pendant le sommeil,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion moderne de l’occlusion

Les évolutions constantes en dentisterie numérique nous ont amenés à adapter une grande partie des fondamentaux de l’occlusion aux nouveaux...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Antéposition mandibulaire : une nouvelle approche de la prise en charge des classes II squelettiques hyperdivergentes avec béance antérieure

La prise en charge de patients présentant une classe II squelettique hyperdivergente présente certaines caractéristiques qui en font, en orthodontie,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les contributions scientifiques de Rudolf Slavicek

Son histoire De par sa formation médicale (docteur en médecine en 1954 avec un début d’éducation clinique en cardiologie), en...