Reconstructions esthétiques unitaires périphériques des dents antérieures : les céramiques d’hier et d’aujourd’hui

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique (page 98-111)
Information dentaire
Quelle fut l’évolution des concepts et des matériaux céramiques pour les reconstructions unitaires esthétiques des dents antérieures ?
Quels grands progrès technologiques jalonnent cette évolution ?
Quelles voies furent abandonnées ?
Que reste-t-il des témoins de cette évolution ?

La reconstruction des dents antérieures délabrées fait depuis bien longtemps appel à la céramique. En effet, avant même les années 1960, des jackets en céramique feldspathiques montées sur des feuilles de platine permettaient de s’affranchir de l’armature métallique des coiffes céramo-métalliques (CCM). En 1965, MacLean réussit à stabiliser un noyau d’alumine capable de supporter le cosmétique feldspathique [1]. Puis, au tournant des années 1970 apparaissent les vitrocéramiques coulées et, en 1985, la frite alumineuse infiltrée (In-Ceram, Vita) [2]. À partir de 1990, Ivoclar développe ses céramiques pressées à chaud et renforcées par la leucite (Empress). Alors que les principes de la conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) se concrétisent (Cerec). Trois ans plus tard, Vita propose des blocs de céramique usinables sur différentes machines, et Nobel commercialise des chapes alumineuses quasiment pures (Procera) [3]. Puis l’oxyde de zirconium s’invite dans la céramique en odontologie, pour renforcer les chapes alumineuses d’abord, pour confectionner des chapes en zircone pour les coiffes céramo-céramiques (CCC) et des éléments monolithiques des coiffes tout céramique (CTC) ensuite. En parallèle, l’avènement de l’assemblage par collage des éléments prothétiques sur les dents naturelles a facilité la diffusion et l’utilisation de CTC feldspathiques ou vitreuses, d’autant que ces matériaux simples à usiner ont pu s’intégrer dans les nouveaux flux de travail numériques, rapides et courts [4].

Aujourd’hui, la plupart des systèmes céramiques du XXe siècle sont devenus obsolètes ou ne sont plus disponibles. Seule la CCM reste d’actualité dans quelques rares indications.

Notre exercice professionnel a suivi les mutations des matériaux et des concepts vers une odontologie plus respectueuse des tissus, plus biologique, et plus esthétique. Cette évolution des céramiques d’hier à…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Évolutions dans le traitement des pertes de substance majeures des dents du secteur postérieur

En dentisterie restauratrice, la tendance actuelle est, dans la mesure du possible, de « copier la dent naturelle grâce aux restaurations...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Composites stratifiés et composites injectés : deux philosophies complémentaires

L’injection de composite est une nouvelle approche en restauration directe permise par l’évolution des matériaux. Elle vient compléter l’arsenal thérapeutique...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Donnons une chance à nos restaurations directes en composite !

La dentisterie minimalement invasive au service de l’esthétique Les moyens d’interception et de prévention de la maladie carieuse, ainsi que le...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Fermeture de triangles noirs par résine composite en technique directe

Si les techniques de reconstruction papillaire présentent des résultats non prédictibles, les facettes céramiques peuvent être une réponse fiable au...
CFAO Esthétique

Article réservé à nos abonnés La mise en esthétique immédiate 100 % numérique

Il est souvent difficile d’intégrer une mise en charge immédiate au laboratoire. En effet, ce travail est particulièrement chronophage. Il...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Opération infiltration : les fêlures de l’émail

Contexte En 2008, l’American Association of Endodontists (AAE) publie une classification des fractures longitudinales dentaires appelée « cracked teeth » et en...