Recouvrement antérieur et abrasions sévères : traitement par prothèse composite

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 15 juin 2019
Information dentaire
Comment faire face à l’abrasion sévère d’un guidage antérieur dans le cas d’un important recouvrement ?
En cas d’augmentation de la DVO, comment gérer les étapes de restauration des secteurs postérieurs et antérieur ?
Comment gérer empreintes et enregistrements de l’occlusion ?
Comment modifier une prothèse transitoire à partir d’une céroplastie ?

Il est intéressant et enrichissant de pouvoir suivre des patients sur plusieurs années. La confiance et la fidélité réciproques échangées sont un inestimable présent professionnel [1]. Cet article en est l’illustration, avec le suivi d’un cas traité durant onze ans abordant les problèmes posés par des usures dentaires, la dimension verticale et la réalisation de prothèses composites chez une personne âgée.

Présentation du cas

Un patient de 89 ans, fréquentant fidèlement le cabinet dentaire depuis vingt ans, revient après quelques années de pause émaillées de problèmes de santé, avec la vive motivation d’améliorer l’aspect de son sourire. Ses petits-enfants craignent de l’embrasser, ce qui lui est insupportable. Aucune gêne fonctionnelle particulière n’est exprimée.

La prothèse partielle à armature métallique mandibulaire (PPAM) et la restauration du secteur antérieur à l’aide de matériau composite ont été réalisées en 2007. Le patient présente une occlusion de type classe II d’Angle génératrice de sévères abrasions du secteur incisif mandibulaire. Sur les photographies initiales (fig. 1a, b), on constate les prémices de traumas occlusaux (fracture de l’angle de 11, érosions des collets restaurés précédemment).
En 2017, l’examen clinique de la face révèle un menton projeté vers l’avant et un léger affaissement des commissures labiales (fig. 2a, b).

Le maxillaire présente un édentement de classe III subdivision 2 de Kennedy-Applegate (K-A). La 12 est absente et la 11 fracturée. 24-25-26 ont été extraites depuis longtemps (fig. 3a). 15 et 17 sont dépulpées et restaurées avec des composites anciens mais non infiltrés.
À la mandibule, une prothèse partielle à armature métallique conçue selon les critères ayant fait l’objet d’un large consensus, compense un édentement de classe II, subdivision 3…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Le sourire : le beau se confond-il avec l’idéal ?

Malgré leurs différences de style et d’approche de la beauté, on peut aimer à la fois Praxitèle, Rodin et Giacometti,...
Esthétique

Analyse esthétique de la face et du sourire : protocole photographique

Le visage avec ses composants (sourire, regard), de par son expression, est susceptible de provoquer une émotion, en particuliers s’il...
Esthétique

L’analyse esthétique informatisée

Si nombre d’auteurs ont abordé l’étude esthétique du sourire à des fins de restauration harmonieuse [1-6], certains ont même proposé...
Esthétique

Les lèvres, un élément du sourire sous-évalué

Comment définir aujourd’hui un sourire harmonieux ? Si pendant longtemps, aux yeux des professionnels dentaires, cela se traduisait essentiellement par le...
Esthétique

e-LAB : un nouveau système d’analyse et de contrôle chromatique

En prothèse fixée, la communication entre dentiste et prothésiste est essentielle pour obtenir de bons résultats, surtout en dentisterie esthétique....
Esthétique

Le projet esthétique 3D : la voie du futur

La photographie permet, depuis quelques années, de développer la planification d’un projet esthétique en deux dimensions (voir l’article précédent). L’analyse...