Remontée de marge ou élongation coronaire avant restauration partielle collée ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 5 juin 2020

1. Vue clinique de la situation initiale.

Information dentaire
  1. Quelle stratégie adopter pour réaliser des inlay-onlays avec des limites cervicales sous-gingivales ?
  2. Remontée de marge ou élongation coronaire : quelle est la technique la plus fiable ?
  3. Comment mettre en œuvre cliniquement ces techniques ?

La réalisation de restaurations prothétiques partielles collées s’est imposée depuis plusieurs années dans la reconstruction des dents postérieures (molaires et prémolaires) délabrées.

En céramique ou en composite, les inlays-onlays permettent de restaurer les dents de manière fiable, durable, esthétique et économe en tissu dentaire sain. La pérennité de ces techniques de collage indirect postérieur est bonne.

Dans une méta-analyse, Abduo [1] rapporte des taux de succès de deux à cinq ans de 91-100 % et au-delà de cinq ans de 71-98,5 %. C’est une alternative thérapeutique de plus en plus choisie aux dépens des couronnes périphériques conventionnelles, car elle permet une économie tissulaire importante, respectant ainsi le concept de gradient thérapeutique [2]. Pour des pertes de substance moyennes (perte d’une cuspide et/ou d’une crête marginale) ces techniques indirectes doivent être préférées aux techniques directes car elles permettent des restaurations plus anatomiques et plus pérennes dans le temps.

La localisation infra-gingivale des limites de préparation, au niveau du sulcus ou de l’attache supra-crestale (espace biologique) est une difficulté fréquemment rencontrée. C’est par exemple souvent le cas lors d’une reprise carieuse sous un soin déjà existant localisé en proximal d’une dent. Cela complique la mise en œuvre, notamment lors des phases d’empreinte ou d’isolation avec un champ opératoire et de collage. La mise en place d’une digue étanche permet d’obtenir des conditions optimales de collage (réduction de l’humidité et accès visuel et instrumental amélioré) ; celle-ci est parfois très difficile si les limites cervicales sont sous-gingivales.

Deux techniques se révèlent être aujourd’hui des solutions fiables pour pallier ce problème : la remontée de marge et l’élongation coronaire chirurgicale. La remontée de marge ou DME (Deep Margin Elevation) a été décrite par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les conséquences du non-remplacement des dents extraites ou absentes

Causes de l’absence dentaire [3, 4] Il existe plusieurs explications à l’absence d’une ou plusieurs dents sur l’arcade : l’agénésie...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des complications biomécaniques en prothèse implanto-portée

Le recours à une réhabilitation prothétique par thérapeutique implantaire est, lorsque cela est possible, une solution de choix. L’emploi de...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Apport du concept de puits d’accès angulé en prothèse unitaire transvissée

Afin de répondre à la fois aux impératifs chirurgicaux et prothétiques, il est aujourd’hui acquis que la mise en place...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Extraction implantation temporisation immédiate : une méthode originale

Dans le respect du gradient thérapeutique énoncé par G. Tirlet et JP. Attal en 2009 [1], l’implantologie a logiquement pris...
Prothèse Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui...