• Écrit par

Restaurations collées : zircone vs disilicate de lithium

Télécharger la formation
Information dentaire

La Revue

Thérapeutique cabinet-laboratoire
5 numéros par an

Abonnez-vous

Quel matériau pour les bridges à une ailette ?
Comment optimiser les préparations d’un bridge cantilever ?
Pourquoi doit-on coller et non sceller ?
Quelles sont les propriétés mécaniques et optiques du disilicate de lithium ?

Le cas clinique présenté dans cet article traite de la gestion d’un édentement mandibulaire dans le secteur antérieur, survenu après un accident de la voie publique ayant entraîné une aggravation d’une lésion parodontale existante (fig. 1). Cette pathologie a nécessité l’extraction de la dent qui avait été traitée huit ans auparavant par une attelle-bridge en zircone, compte tenu de l’impossibilité médicale de mettre en place un implant (fig. 2).

Examen clinique

La patiente est venue consulter à la suite du descellement de la pièce zircone qui, agissant comme une attelle de contention, subissait des contraintes de torsion importantes. Malgré plusieurs tentatives infructueuses de remise en place (fig. 3), nous avons proposé à la patiente, compte tenu des rapports occlusaux favorables, de réaliser un bridge cantilever en disilicate de lithium (IPS e.max, Ivoclar Vivadent) plus apte au collage [1]. Cette thérapeutique est un choix biologique et biomécanique séduisant, validé par la littérature scientifiquement [2].


Les commentaires sont fermés.