Réhabilitation prothétique d’un maxillaire atrophique

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 5 juin 2020
Information dentaire
  1. Quels sont les éléments de diagnostic d’une atrophie maxillaire ?
  2. Quelles sont les options prothétiques et chirurgicales pour corriger une atrophie maxillaire ?
  3. Quels sont les moyens prothétiques pour corriger une divergence implantaire en prothèse implanto-portée complète ?
  4. Quelles sont les étapes de réalisation d’une réhabilitation implanto-portée complète maxillaire ?

Cet article est une illustration de la pluridisciplinarité intervenant dans des situations complexes de réhabilitation prothétique avec atrophie du maxillaire.

Nous présentons ici les différentes étapes de temporisation pré et post-chirurgie ainsi que les étapes de réalisation d’un bridge d’usage implantoporté en mettant en avant les difficultés et contraintes rencontrées.

Le patient, âgé de 52 ans, est en bonne santé générale ; il présente un édentement et une atrophie du maxillaire conséquente à un accident de la voie publique à l’âge de 13 ans avec traumatisme facial. Il désire une réhabilitation prothétique fixée.

Analyse préopératoire

Exo-buccal (fig. 1a-b)

L’examen clinique, aidé des photographies du visage de face et de profil, permet d’établir un défaut de croissance (asymétrie faciale) de l’hémiface droite sur le plan transversal (séquelle du traumatisme) ainsi qu’une éversion des commissures labiales. Sur le plan sagittal, le profil du patient est ortho-frontal avec une rétrocheilie supérieure due à la rétromaxillie apparente. Sur le plan vertical, une légère diminution de la hauteur de l’étage intermédiaire est visible.

Endo-buccal (fig. 2a-c)

Au maxillaire, le patient est porteur d’une prothèse amovible partielle (PAP) transitoire inadaptée avec couronnes fraisées sur 25-26-27. Sur le plan ostéo-muqueux, le maxillaire présente une crête en U de largeur normale en secteur postérieur et fine en antérieur, un palais peu profond, une faible profondeur du vestibule et une crête flottante antérieure. Le parodonte en regard des couronnes fraisées est inflammatoire, avec présence de plaque et de tartre. L’espace biologique n’est pas respecté par les couronnes 25-26-27 solidarisées.

À la mandibule, le parodonte est légèrement inflammatoire avec présence de plaque généralisée. Les dents antérieures mandibulaires présentent des récessions de classe I. En postérieur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les conséquences du non-remplacement des dents extraites ou absentes

Causes de l’absence dentaire [3, 4] Il existe plusieurs explications à l’absence d’une ou plusieurs dents sur l’arcade : l’agénésie...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des complications biomécaniques en prothèse implanto-portée

Le recours à une réhabilitation prothétique par thérapeutique implantaire est, lorsque cela est possible, une solution de choix. L’emploi de...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Apport du concept de puits d’accès angulé en prothèse unitaire transvissée

Afin de répondre à la fois aux impératifs chirurgicaux et prothétiques, il est aujourd’hui acquis que la mise en place...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Extraction implantation temporisation immédiate : une méthode originale

Dans le respect du gradient thérapeutique énoncé par G. Tirlet et JP. Attal en 2009 [1], l’implantologie a logiquement pris...
Prothèse Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui...