Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 15 juin 2021 (page 192-201)
Information dentaire
  1. Qu’est-ce que l’ostéopétrose ?
  2. Quelles sont les conséquences de cette maladie métabolique osseuse ?
  3. Comment réhabiliter oralement les patients atteints ?
  4. Quelles précautions prendre lors de nos thérapeutiques ?

    L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui résulte d’un défaut de la résorption par les ostéoclastes et qui aboutit à une hyperminéralisation du squelette entraînant une fragilité osseuse [2-4]. La maladie peut être classée selon trois catégories principales : une forme précoce maligne autosomique récessive, une forme intermédiaire, et une forme adulte autosomique dominante, moins sévère, connue sous le nom de maladie d’Albers- Schönberg [5]. L’incidence est estimée de façon variable à 1:200 000 pour la forme récessive et 1:20 000 pour la forme dominante ; elle est plus élevée chez les couples consanguins [6].

    La maladie d’Albers-Schönberg peut être découverte de façon fortuite ou révélée par des fractures lors de traumatismes mineurs, des douleurs ostéo-articulaires chroniques (épiphysiolyses, arthrites…) et la compression de nerfs crâniens (paralysie faciale, surdité, atteinte visuelle) [7].

    Des dysmorphoses faciales sont fréquemment rapportées, en particulier des béances antérieures et des classes III d’Angle par rétromaxillie [4]. Les manifestations buccales peuvent se traduire par des retards d’éruption, des agénésies, des hypoplasies dentaires prédisposant à la carie et à la perte prématurée des dents [8,9]. La nécrose pulpaire d’origine carieuse et la parodontite constituent les principales complications des malformations dentaires et favorisent le développement d’ostéomyélite des maxillaires, dont la prise en charge se révèle souvent difficile [10]. Cette dernière complication est liée à la diminution de la vascularisation osseuse, secondaire à la compression des pédicules nourriciers par la sclérose, avec une localisation plus fréquente à la mandibule [11].

    Le cas clinique décrit dans cet article illustre les étapes de la réalisation d’une prothèse amovible complète…

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Pour lire la suite :

    Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
    Mot de passe
    oublié ?

    Vous pouvez également :

    Acheter l'article En version numérique
    Acheter le numéro À l'unité

    Thèmes abordés

    Sur le même sujet

    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

    Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

    Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

    Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

    Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

    Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...
    Prothèse amovible

    Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

    Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....