Réhabilitation prothétique maxillo-faciale en cas de division palatine séquellaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 15 juin 2023 (page 20-33)
Information dentaire

– Quels sont les différents types de prothèses obturatrices ?

– Comment obtenir une étanchéité correcte au niveau d’une communication bucco-nasale ?

– Comment gérer les phases d’empreinte au niveau de la perte de substance ?

– Quand et pourquoi renouveler un obturateur en silicone ?

Les fentes du palais secondaire constituent des malformations congénitales résultant de l’absence de fusion des fragments palatins au cours de l’embryogenèse. On parle de fentes résiduelles ou séquellaires en présence de divisions qui persistent cliniquement à l’âge adulte (absence de chirurgies passées, insuffisances ou échecs chirurgicaux). Pour ces configurations cliniques, une prothèse obturatrice peut être indiquée ; cette dernière peut être définie comme un dispositif prothétique visant à obturer artificiellement une perte de substance maxillaire en vue d’un gain d’étanchéité à des fins fonctionnelles (déglutition, phonation, mastication) [1,2].

La description des premières prothèses obturatrices semble remonter au XVIIIe s., grâce à Pierre Fauchard et Étienne Bourdet. Au XIXe, des descriptions plus détaillées concernent les prothèses obturatrices en cas de fentes vélo-palatines chez l’adulte, avec d’ingénieux dispositifs décrits par Delabarre, Suersen ou encore Shiltsky. À l’heure actuelle, outre les obturateurs vélaires spécifiques, il existe principalement deux types d’obturateurs maxillaires au niveau du palais osseux : soit en résine solidaire d’une plaque palatine (« prothèse monobloc »), soit en silicone, indépendant d’une plaque palatine ou d’une prothèse amovible (en résine ou à châssis métallique).

Le cas clinique suivant met en évidence une prise en charge prothétique chez un patient adulte présentant une division palatine séquellaire avec communications bucco-nasales, responsables d’une rhinolalie, et de reflux liquidiens et alimentaires survenant au cours de la mastication. La réhabilitation prothétique a été réalisée au sein de l’unité de prothèse maxillo-faciale du service d’odontologie et de médecine bucco-dentaire du CHU de Toulouse, de septembre 2021 à février 2022.

PRÉSENTATION DU CAS CLINIQUE

Entretien et anamnèse

Un patient âgé de 52 ans…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....