Réimplantation des dents expulsées chez l’enfant et l’adolescent (Partie I)

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°17 - 26 avril 2023 (page 32-37)
Information dentaire
Les recommandations de l’International Association of Dental Traumatology (IADT) en 2020 donnent le cadre de la conduite à tenir en cas d’expulsion de dents permanentes, notamment chez l’enfant. Des complications surviennent fréquemment : ankylose (50 à 80 % des cas), infection, résorptions radiculaires. Leurs conséquences sont délétères chez le patient en pleine croissance.

Les expulsions de dents permanentes représenteraient entre 0,5 et 16 % des traumatismes [1] et sont une véritable urgence qui demande une prise en charge rapide et efficace.

Malgré un niveau de preuve peu élevé dans la plupart des études [2], des recommandations ont été publiées et régulièrement mises à jour par l’International Association of Dental Traumatology (IADT) pour la prise en charge des dents expulsées et leur suivi [1]. Ces recommandations soulignent notamment l’importance d’informer le patient et son entourage des suites possibles et des options envisageables à moyen et long terme (décoronation, autotransplantation, bridge, prothèse amovible partielle ou fermeture d’espace par orthodontie [1]).

Les objectifs de cet article visent à rappeler les recommandations de l’IADT, puis à analyser les suites des réimplantations de dents permanentes expulsées et enfin à proposer une réflexion sur les solutions que peut apporter ou doit évoquer l’omnipraticien chez l’enfant et l’adolescent.

Quelles sont les recommandations de l’IADT ?

L’IADT recommande de réimplanter immédiatement une dent permanente expulsée sur le lieu du traumatisme (tableau 1). Si la réimplantation immédiate ne peut pas avoir lieu, il est recommandé de se rendre au cabinet dentaire le plus rapidement possible. La dent y sera réimplantée sans distinction du stade de développement radiculaire, du temps extra-alvéolaire ou du milieu de conservation dentaire (donc de l’état des cellules du ligament parodontal). Les milieux de conservation recommandés sont par ordre décroissant de préférence : lait > HBSS (Hanks’ Balanced Salt Solution) > salive > sérum physiologique > eau.

Dans tous les cas, il convient de prescrire une antibiothérapie systémique (amoxicilline ou doxycycline en cas d’allergie) et de vérifier que la vaccination anti-tétanique est à jour. Il faut également suturer les lacérations gingivales si elles sont…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...