Érosion/infiltration Les clefs de la réussite par une bonne validation de l’accès à la lésion

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 20 mai 2020
Information dentaire

La problématique des taches blanches est un sujet d’actualité qui combine, la plupart du temps, une doléance esthétique sur des dents dont le volume et la forme sont presque toujours intacts. Cela interdit donc l’emploi de méthodes de restauration trop invasives [1]. Il convient alors de trouver un équilibre avec un traitement qui permettra de rétablir l’esthétique à l’aide de techniques qui garantissent une préservation tissulaire maximale.

La procédure d’érosion/infiltration est une thérapeutique connue et abondamment décrite dans la littérature [2, 3]. Il s’agissait au départ de traiter les lésions carieuses interproximales débutantes sans recourir à l’utilisation d’instruments rotatifs [4, 5]. Il a été ensuite démontré que ce protocole peu invasif était aussi efficace dans la prise en charge des lésions blanches présentes dans les secteurs antérieurs avec des implications esthétiques très intéressantes [6]. Ainsi, une analyse précise de chaque situation clinique, associée à une connaissance et une maîtrise des méthodes d’éclaircissement et d’érosion/infiltration, permet d’obtenir des résultats satisfaisants, prévisibles et reproductibles dans la gestion de problématiques esthétiques impliquant la présence de taches blanches au niveau de l’émail.

En injectant une résine fluide, d’indice de réflexion proche de celui de l’émail sain, dans les porosités d’une lésion hypominéralisée (lésion innée) ou déminéralisée (lésion acquise), le flux lumineux est beaucoup moins dévié et réfléchi, faisant ainsi optiquement disparaître la tache et renforçant par la même occasion cette zone d’émail plus poreux et donc plus fragile [7]. Mais pour une infiltration optimale dans sa profondeur, la surface de la lésion doit être préalablement déminéralisée par un acide chlorhydrique à 15 % (Icon®-Etch DMG), pour un accès direct à la lésion et une infiltration efficace [8]. Or, l’émail défectueux peut parfois être recouvert par de l’émail sain, rendant l’effet érosif de l’acide d’abord puis l’infiltration de la lésion par la résine plus difficiles avec un résultat moins efficace [2]. En effet, d’un point de vue anatomopathologique, ces atteintes amélaires sont d’une grande variabilité topographique, dimensionnelle et géographique dans l’épaisseur de l’émail. La difficulté réside donc dans la validation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...