Traçabilité et gestion de stock au cabinet

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°3 - 15 juin 2020
Information dentaire

Pour beaucoup, la notion de « traçabilité » renvoie au suivi de la stérilisation. En réalité, la traçabilité au cabinet dentaire concerne l’ensemble des produits qui y sont utilisés : consommables (produits de collage, pellets, etc.),instruments et appareils fabriqués, ou non, au sein du cabinet.Ainsi, cela concerne la contention, comme l’ensemble des dispositifs orthodontiques.

La traçabilité : pour quoi faire ?

Les cabinets dentaires ont vécu sans la traçabilité… Pourtant, elle n’est pas une option, c’est une obligation. En effet, dans la pratique quotidienne, quatre catégories de vigilances réglementaires doivent être observées : la cosmétovigilance, la matériovigilance, la pharmacovigilance et la stérilisation.

La cosmétovigilance

Elle concerne les déclarations sur les crèmes, gants, masques, gels d’éclaircissement (etc.) utilisés au cabinet dentaire. Les déclarations d’accident ou d’incident se font sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

La pharmacovigilance

Tous les produits ayant une autorisation de mise sur le marché (AMM) sont concernés. Les déclarations se font également sur le site de l’ANSM.

La matériovigilance

Les numéros des lots des produits utilisés dans l’activité du cabinet sont tracés : consommables, instruments et appareils orthodontiques fabriqués, ou non, sur place, comme les plaques de Hawley ou les gouttières thermoformées.

La stérilisation

Les paramètres de chaque cycle sont enregistrés et, idéalement, chaque instrument utilisé est relié à son cycle de stérilisation.

Pour ces vigilances, il existe deux actions possibles : le traçage quotidien et la déclaration en cas de risque d’accident ou de danger.

Deux traçabilités élémentaires peuvent être ajoutées à ces vigilances : le dossier patient et le document unique. Le dossier patient est obligatoire et doit être le plus complet possible. Le document unique est un inventaire précis et hiérarchisé des risques et dangers identifiés auxquels sont exposés les salariés dans les cabinets dentaires. Il contient également une liste des actions permettant de réduire, voire d’éviter ces risques. Obligatoire depuis 2002, il doit être mis à jour au moins une fois par an.

Il n’existe pas une traçabilité mais des traçabilités…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les brossettes interdentaires : quand ? comment ? #2

Recommandations du Collège National des Chirurgiens-Dentistes Universitaires en Santé Publique (CNCDUSP) Comment ? Descriptif et normes Afin de répondre au...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les brossettes interdentaires : pour qui ? Partie 1

Contexte Parmi les pathologies orales, la carie et la maladie parodontale (MP) représentent les maladies humaines à médiation microbienne les...