Traitement de l’édentement total unimaxillaire : une thérapeutique complexe

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 30 avril 2016 (page 77-87)
Information dentaire
Quelles sont les spécificités de l’édentement total unimaxillaire ?
Comment obtenir l’intégration occlusale ?
Quelles sont les étapes du traitement ?
Pourquoi réaliser impérativement un projet prothétique ?

Les progrès dans la prévention et dans les thérapeutiques bucco-dentaires ont permis depuis de nombreuses années de diminuer nettement le nombre d’extractions dentaires. Il reste cependant un certain nombre de patients qui pour des raisons carieuses et/ou parodontales présentent des édentements. L’édentement total est la situation terminale que l’on rencontre encore fréquemment notamment du fait de l’augmentation importante de l’espérance de vie (1, 2). L’édentement total unimaxillaire, c’est-à-dire ne touchant qu’une arcade (maxillaire ou mandibulaire) face à une arcade dentée ou partiellement dentée est une situation particulière et complexe. De nombreux critères doivent être pris en compte afin de réhabiliter correctement ces patients (3, 4). Les difficultés spécifiques de ces traitements seront exposées et illustrées au travers d’un cas clinique.

Spécificités de l’édentement total unimaxillaire
Le patient totalement édenté seulement sur une arcade présente un déséquilibre important entre l’extéroception muqueuse sous la prothèse amovible et la proprioception des dents antagonistes résiduelles (1). Un traitement mal conduit peut entraîner des surcharges occlusales avec une résorption osseuse associée sur les surfaces d’appui.
Les difficultés de ces traitements sont liées à l’intégration occlusale et esthétique de la prothèse amovible complète (PAC) face aux dents restantes (4, 5). La gestion de la reconstruction de l’arcade antagoniste souvent nécessaire, ainsi que la chronologie des nombreuses étapes demandent réflexion.

L’intégration occlusale
Le choix du concept occlusal est dicté par la prothèse la moins stable. C’est la PAC qui impose donc la réalisation d’une occlusion bilatéralement équilibrée ou dite « balancée ». Cette occlusion permet d’augmenter au maximum la rétention et la stabilité de la prothèse amovible (1, 5, 6, 7).
En occlusion d’intercuspidie maximale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...