Traitement du maxillaire fortement résorbé à l’aide d’implants transzygomatiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 9 octobre 2019 (page 28-33)
Information dentaire

Le traitement du maxillaire fortement résorbé par prothèses implanto-portées se heurte au problème de la faible quantité d’os disponible, surtout dans les zones sous-sinusiennes. Les implants transzygomatiques constituent une alternative aux techniques d’augmentation osseuse, greffes ou régénération osseuse guidée (ROG).

La perte des dents s’accompagne toujours d’une résorption osseuse plus ou moins importante, phénomène parfois accentué par le port de prothèses amovibles qui peuvent se révéler iatrogènes et accroître la perte osseuse. La classification de Bedrossian [1] divise le maxillaire supérieur en trois zones (fig. 1) :

  • zone 1 : sous-nasale ;
  • zone 2 : bosse canine (comprise entre les fosses nasales et le mur antérieur des sinus) ;
  • zone 3 : sous-sinusienne.

La présence d’os dans les trois zones autorise une distribution idéale des implants avec notamment l’absence de cantilever. Quand l’os est absent ou en faible quantité dans la zone 3, le recours à l’angulation des implants distaux le long du mur antérieur des sinus est possible ; le cas peut alors être traité selon la technique « All-on-four ». En revanche, quand le seul volume osseux disponible est en zone 1, le recours à des implants transzygomatiques (ou à des greffes osseuses) est indispensable [2].

Le « All-on-four » ou « All-on-six »

Introduite en 2003 par P. Malo [3], la technique du « All-on-four » permet la réhabilitation implanto-prothétique du maxillaire supérieur. Le débat reste vif sur le nombre d’implants à utiliser (4, 6 ou 8), mais les études [4, 5] ont montré que plus encore que le nombre d’implants, c’est la validation d’un certain nombre d’impératifs qui va conduire au succès clinique. De même, la longueur des implants n’est pas un facteur primordial, mais plus la stabilité primaire obtenue pendant la chirurgie. Parmi les facteurs, on peut citer :

  • la disposition harmonieuse antéro-postérieure des implants (A/P distribution) ;
  • la stabilité primaire (obtenue souvent en sous-préparant l’os) ;
  • une mise en charge immédiate réalisée dans les 24 heures avec une prothèse passive ;
  • un design prothétique compatible avec une hygiène aisée ;
  • un concept…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie prothétique Prothèse

Article réservé à nos abonnés Ma première prothèse sur implant

Responsable scientifique : Anne Benhamou Intervenante : Laurine Birault La prothèse sur implants constitue une solution thérapeutique fiable, présentant des...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une péri-implantite et son suivi : est-ce réellement aussi simple ?

Le patient 54 ans Parodontite traitée en 2015 stabilisée, puis plusieurs épisodes d’activation sur les dernières années Prise en charge...