Traitement prothétique d’une maxillectomie totale

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 30 septembre 2014 (page 259-270)
Information dentaire
Quelle est la fréquence des tumeurs du maxillaire ?
Quelles sont les étapes de prise en charge d’une maxillectomie totale ?
Pourquoi réaliser plusieurs obturateurs palatins ?

La maxillectomie consiste à faire l’exérèse chirurgicale des deux maxillaires (1).
Dans le cadre d’une exérèse carcinologique, elle représente parmi les pertes de substances des voies aéro-digestives supérieures (VADS) une difficulté majeure pour sa réhabilitation prothétique.
Les tumeurs malignes des VADS se retrouvent le plus souvent chez le patient alcoolo-tabagique (2). Les carcinomes épidermoïdes représentent la majorité de ces tumeurs dont le point de départ se situe au niveau de la voûte palatine et des gencives maxillaires (fig. 1).



La fréquence de cette pathologie est loin d’être négligeable (3). Ainsi, en 2000, plusieurs études ont montré que les tumeurs malignes de la cavité orale sont particulièrement fréquentes en France où leur incidence annuelle a été évaluée à 16 800 hommes et 2 800 femmes sur 19 600 nouveaux cas (1, 4).
Dans un but thérapeutique, plusieurs classifications des pertes de substances ont été proposées (5-10).
Pour une meilleure prise en charge de ces défauts, faire référence à une classification s’avère nécessaire. Celle élaborée en 2005 par Boutault (11) prend en compte le délabrement de l’architecture osseuse, mais aussi le volume du defect, l’état de la denture et propose un pronostic pour chaque réhabilitation. Verticalement, elle concerne l’infrastructure, la mésostructure et la suprastructure de l’architecture de la face, horizontalement toute ou une partie de la voûte palatine.
Cliniquement les conséquences d’une maxillectomie totale sont fonctionnelles esthétiques, psychologiques et physiques, ce qui rend cette chirurgie carcinologique mutilante très handicapante (12, 13).
Citons notamment des difficultés d’élocution, par fuite d’air expiré dans les fosses nasales (14) ; des troubles masticatoires en cas d’absence de dents et des maxillaires (15) rendant l’utilisation d’une sonde gastrique pour l’alimentation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...