Traitement prothétique et parodontite : les bons réflexes

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 septembre 2020 (page 276-283)
Information dentaire
  1. Quelles sont les difficultés rencontrées au cours de la réhabilitation prothétique d’un patient au parodonte réduit ?
  2. À quel moment le plan de traitement définitif peut-il être établi ?
  3. Quels sont les critères cliniques et radiologiques qui permettent d’évaluer le pronostic d’une dent au sein d’une réhabilitation prothétique ?

      Une forte proportion (47 % à 82 %) de la population française présente une maladie parodontale, 8 % à 11 % des patients présenteraient même une forme sévère [1]. Ces pathologies, qui affectent les tissus de soutien de la dent (gencive, ligament parodontal, cément et os alvéolaire), retentissent fortement sur la prise en charge, qu’il s’agisse du dialogue avec le patient, la décision thérapeutique, l’établissement de la chronologie de traitement et le suivi.

      Dialogue avec patient

      L’entretien clinique permet de cerner le motif de consultation du patient ; deux cas de figure sont à distinguer :

      – le patient consulte pour un motif prothétique. Le praticien diagnostique au premier rendez-vous une maladie parodontale en évolution, jusque-là ignorée. La difficulté est d’informer sur la maladie parodontale et sur la nécessité de sa stabilisation avant d’envisager la suite du traitement ;

      – l’apparition de signes et symptômes de parodontite motive la consultation du patient. Il faut alors expliquer le caractère chronique de la maladie et ses conséquences : un suivi à long terme et des décisions prothétiques pour la compensation d’édentement ou la réfection de prothèses inadaptées.

      La prise de conscience passe aussi par l’établissement d’un diagnostic clinique et radiologique.

      La classification de Chicago regroupe toutes les formes de parodontites [2], chacune caractérisée par un grade et un stade. Le stade renseigne sur la gravité et l’étendue de la maladie (tabl. I), tandis que le grade décrit son taux probable de progression (tabl. II).

      Tableau I – Sévérité et complexité de la parodontite [2]

      Stade 1

      Stade 2

      Stade 3

      Stade 4

      Sévérité

      Perte d’attache interdentaire au site le plus atteint

      1-2 mm

      3-4 mm

      ≥ 5 mm

      ≥ 5 mm

      Alvéolyse radiographique

      < 15 %

      15-33 %

      ≥ 50 %

      ≥ 50 %

      Dents absentes…

      Cet article est réservé aux abonnés.
      Pour lire la suite :

      Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
      Mot de passe
      oublié ?

      Vous pouvez également :

      Acheter l'article En version numérique
      Acheter le numéro À l'unité

      Thèmes abordés

      Sur le même sujet

      Prothèse amovible

      Article réservé à nos abonnés Les Adhésifs en prothèse amovible : contribution au bon usage par les assistant(e)s dentaires

      Le vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie entraînent inéluctablement un accroissement de la population édentée uni...
      Prothèse amovible

      Article réservé à nos abonnés Le contrôle de plaque face aux restaurations prothétiques

      Bien que peu souvent abordée, la problématique du contrôle de plaque face aux restaurations prothétiques est un sujet essentiel pour...
      Prothèse

      Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique et aménagement des tissus mous

      Les restaurations prothétiques affectent les tissus de soutien de différentes manières ; elles peuvent notamment entretenir une inflammation ou provoquer...
      Prothèse

      Article réservé à nos abonnés La parodontologie au service de l’esthétique en prothèse fixée

      L’esthétique est une science philosophique, ayant pour objet la perception, l’émoi des sens et le « beau ». L’esthétique présente deux composantes....
      Prothèse fixée

      Article réservé à nos abonnés L’allongement de couronne clinique en secteur antérieur : intérêt des outils numériques

      L’allongement de la couronne clinique ou élongation coronaire désigne les procédures de chirurgie « soustractive » permettant d’augmenter les dimensions de la...
      Prothèse

      Article réservé à nos abonnés Échecs implantaires en prothèse fixée : les facteurs prothétiques

      Albrektsson et coll. ont décrit en 1986 les critères définissants l’échec implantaire : mobilité, perte osseuse verticale excédant 1,5 mm la...