Un cas d’échec d’overdenture

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 30 septembre 2015 (page 209-216)
Information dentaire
Quel est le plan de traitement retenu pour ce cas clinique ?
Pourquoi le patient ne supporte-t-il pas sa prothèse maxillaire ?
Quelle a été la solution finale et satisfaisante ?

Il est rare de montrer des cas d’échec ! C’est pourtant dommage, car ils sont souvent source de réflexion, de remise en question et finalement de progrès, de leçons pour contourner les « pièges » de notre discipline odontologique prothétique…
C’est ce que nous proposons dans cet article portant sur un cas de traitement d’un patient édenté partiel bimaxillaire.

Présentation du cas clinique

Monsieur N. est âgé de 78 ans ; il est patient du cabinet depuis longtemps, suivi régulièrement. Il présente une arcade mandibulaire partiellement dentée (35 à 46) avec des restaurations céramométalliques satisfaisantes (43 à 46) même si le calage postérieur est limité. Il ne souhaite pas de prothèse amovible partielle à la mandibule ni d’implant. On note la présence de 38 enclavée sans manifestation clinique. Le plan d’occlusion est correct dans l’ensemble, dans sa position et son orientation (1).
À l’arcade maxillaire, subsistent quelques dents résiduelles (13 à 21 et 23), légèrement mobiles et abrasées (fig. 1).



Un diastème médian a toujours été présent et le patient souhaite dans la mesure du possible le conserver. Les canines maxillaires apparaissent satisfaisantes, 13 est couronnée et 23 pulpée. Elles présentent un parodonte de bonne qualité.
Le patient est porteur d’une PAPIM maxillaire correcte (fig. 2a) (noter que sur cette image les adjonctions transitoires des incisives ont déjà été réalisées), mais se plaint de gêne et d’une mobilité de la prothèse. Il refuse l’idée d’une solution implantaire. Son contrôle de plaque est bon, il est motivé. Une radiographie panoramique est effectuée pour compléter l’examen clinique (fig. 2b)



Plan de traitement retenu

Les incisives maxillaires ne sont pas conservables dans la durée à la différence des canines. Les solutions envisageables sont par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...