Un challenge pluri-disciplinaire : à propos d’un cas ortho-paro-occlusodontique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2020 (page 52-55)
Information dentaire
2e lauréat du 4e Grand Prix de l'Orthodontiste avec Orthoplus - catégorie étudiants.

Présentation du cas (fig. 1 à 9)

Madame J, âgée de 49 ans, nous est adressée par son occlusodontiste pour une prise en charge orthodontique. Elle décrit une gêne occlusale depuis quinze ans avec ces mots : « problème de nerf végétatif causé par le mauvais arrangement des dents », « blocage, mauvaise circulation du sang, insomnie et scoliose liée à la mauvaise position des dents », « occlusion qui entraine des spasmes faciaux qui sont aussi liés aux ondes électromagnétiques qui limitent la circulation du sang » [1].

Elle n’a aucune doléance d’ordre esthétique. Elle est traitée par antidépresseurs depuis quinze ans.

Mme J. a consulté plusieurs orthodontistes auparavant, qui lui ont dit ne pas connaître le problème, et un chirurgien qui lui a conseillé une avancée maxillaire chirurgicale. Son occlusodontiste traitant estime que la patiente présente une compression articulaire d’origine dentaire pouvant être améliorée si elle retrouve un calage occlusal, un centrage et des guidages satisfaisants [2].

La patiente présente par ailleurs une parodontite chronique modérée stabilisée (Stade 3, grade C selon la classficaiton de Chicago 2018) et bénéficie d’une maintenance trimestrielle chez son parodontiste, qui nous donne son accord pour le traitement orthodontique moyennant un suivi très régulier.

Examen clinique

Mme J. présente une face longue, un profil droit avec un angle naso-labial fermé, une birétrocheilie et un menton bien dessiné. La ligne du sourire est basse, avec un sourire denté exposant peu les dents maxillaires, mais avec un parallélisme entre la lèvre inférieure et les bords libres des incisives maxillaires assez harmonieux.

Sur le plan squelettique, on retrouve une classe III de Ballard par hypomaxillie, dans un schéma facial hyperdivergent.

Sur le plan dentaire, la patiente est en classe III droite et gauche, canine et molaire…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Décompensation d’une classe II.1 par mini-plaques vissées

Examen clinique (fig. 1 à 7) La patiente âgée de 16 ans et 2 mois, sans antécédent médical ni chirurgical,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Apport du Digital Smile Design dans l’analyse esthétique interdisciplinaire

L’esthétique est devenue un objectif prioritaire du traitement d’orthodontie. C’est le motif de consultation principal de nos patients dont les...
ODF

Article réservé à nos abonnés Déplacements dentaires à l’aide de gouttières orthodontiques thermoformées “in office”

Présentation du cas clinique (fig. 1 à 3) Le patient, âgé de 58 ans, présente un encombrement dentaire mandibulaire de 5 mm dans...
ODF

Article réservé à nos abonnés Conception et fabrication « in office » des gouttières orthodontiques thermoformées à l’aide du logiciel 3Shape Clear Aligner Studio

Cette technique de déplacement fondée sur set-up a été initiée par le Dr Harold Kesling en 1945. Les dents étaient segmentées...
ODF

Article réservé à nos abonnés Parcours

Comment êtes-vous devenu chirurgien-dentiste puis orthodontiste ? Je suis devenu chirurgien-dentiste un peu par hasard. En fait, c’est un choix...
ODF

Article réservé à nos abonnés Modifications dento-alvéolaires transversales maxillaires lors d’un traitement orthodontique multi-attaches sans extraction : étude rétrospective utilisant le CBCT

Sept mesures ont été réalisées pour quantifier le déplacement dentaire et les modifications alvéolaires (fig. 1 et 2). de chaque côté : –...