Un malaise vagal survient au cabinet dentaire…

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°33 - 2 octobre 2019 (page 24-26)
Information dentaire
Le malaise vagal est lié une stimulation trop importante du nerf vague. S’il est le plus souvent bénin, il ne faut pas pour autant le négliger et il peut parfois être corrélé à une brève perte de connaissance. Il est important de recueillir toutes les informations nécessaires au médecin afin d’orienter la prise en charge.

En France, près de 1,2 % des cas de malaises vagaux aboutissent à une prise en charge urgente et 58 % des patients présentant ce type de malaise se voient hospitalisés. L’incidence et la prévalence sont d’autant plus importantes avec l’âge. Il s’agit d’un problème très fréquent qui concerne près de deux tiers des pertes de conscience brèves. D’origines diverses, le malaise vagal peut pour autant prendre une forme différente d’une personne à une autre.

Le mécanisme

Un malaise vagal désigne une sensation pénible traduisant un trouble de l’organisme entraînant une perte de connaissance brève. Il est la conséquence de la chute brutale de la pression artérielle liée à la stimulation excessive du nerf vague ou nerf pneumogastrique (Xe paire de nerfs crâniens), un nerf très long allant de l’estomac au cerveau en passant par le cœur.

Le nerf vague est le plus important du système nerveux parasympathique. Ce système, avec son antagoniste appelé système nerveux sympathique, constitue le système nerveux autonome, responsable des fonctions automatiques de l’organisme (sans dépendre d’un ordre particulier du cerveau). Le système nerveux autonome commande toutes les fonctions vitales, la respiration, les battements du cœur, mais aussi tous les organes de la digestion.

Le système nerveux parasympathique est chargé de ralentir les fonctions de l’organisme. Par exemple, il abaisse le rythme cardiaque et la pression artérielle. À l’inverse, le système nerveux sympathique augmente le rythme cardiaque et la tension artérielle. Ces deux systèmes sont donc essentiels pour que le cœur ne batte ni trop vite ni trop lentement, en fonction de l’activité du corps.

C’est pourquoi la stimulation du nerf vague entraîne :
– une bradycardie, ralentissement du rythme cardiaque ;
– une vasodilatation, augmentation du calibre des vaisseaux sanguins ;
– une hypotension, pression sanguine anormalement faible.

La…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Pathologie

Article réservé à nos abonnés Maladie de Parkinson et prise en charge bucco-dentaire

Recommandations pour la prise en charge au cabinet dentaire Identifier les patients (stade de la maladie, traitements suivis…) en se rapprochant...