Une stratégie « zéro péri-implantite » est-elle possible ?
Hiérarchiser et intégrer les facteurs de risque pour réduire les complications biologiques en implantologie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 29 novembre 2023
Information dentaire

Introduction

Il convient donc à ce stade de faire une première clarification entre une perte osseuse péri-implantaire « initiale » associée à des paramètres chirurgicaux, au type d’implant, aux spécificités anatomiques du site et aux particularités du patient, et une perte osseuse dite « secondaire » qui est une entité pathologique associée à la plaque dentaire et que l’on qualifie de péri-implantite, la première pouvant d’ailleurs créer les conditions pour l’apparition de la seconde.

Les critères qui permettent de diagnostiquer une péri-implantite sont aujourd’hui bien établis, les voici rappelés : signes cliniques d’une inflammation péri-implantaire (gonflement, rougeur, saignement au sondage et/ou suppuration) (fig. 1a), perte osseuse péri-implantaire au-delà de celle constatée après la cicatrisation « initiale » (fig. 1b), augmentation de la profondeur de poche au sondage en comparaison de la profondeur de poche identifiée lors de la mise en place de la restauration prothétique [2, 23]. En l’absence de documents radiographiques préexistants, une perte osseuse supérieure ou égale à 3 mm en association avec un saignement au sondage et une profondeur de poche au sondage supérieure ou égale à 6 mm permet également de poser le diagnostic de péri-implantite [23].

Au cours des dernières années, la prévalence des péri-implantites a fait l’objet de nombreuses controverses, notamment en raison des biais méthodologiques de certaines études et de l’hétérogénéité des critères retenus (notamment en matière de perte osseuse).

À titre d’exemple, la revue systématique de Zitzmann et Berglundh en 2008 [32] évoque une prévalence comprise entre 28 et 56 % des patients.

L’écart type ainsi que l’importance des chiffres interpellent. Ils sont toutefois à relativiser, les auteurs n’ayant pu retenir que quatre études correspondant à deux groupes de patients.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Extraction-implantation immédiate : le pilier de cicatrisation anatomique. Prise en charge d’une fracture dentaire

Situation clinique Situation initiale Une patiente âgée de 31 ans est adressée dans le département de parodontologie et implantologie du...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Pemphigoïde cicatricielle chez une jeune femme – cas clinique

RÉSUMÉ La pemphigoïde cicatricielle (PC), ou pemphigoïde des muqueuses, est une pathologie auto-immune inflammatoire chronique affectant principalement les femmes, avec...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Le défi du sourire gingival approche prometteuse de la toxine botulique

RÉSUMÉ Contexte Face à une société où la quête du beau est omniprésente, les patients cherchent de plus en plus...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Lésions gingivales dans l’infection COVID-19 chez l’enfant : rapport de deux cas

LE POINT CLÉ La cavité buccale est en lien direct avec l’ensemble de l’organisme. Le saignement et l’inflammation des gencives...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Utilisation de grille en titane pour une régénération osseuse prévisible dans le secteur maxillaire antérieur : un rapport de cas

RÉSUMÉ La perte d’une dent à la suite d’un traumatisme peut engendrer une résorption osseuse importante qui nécessite souvent un...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le point de vue de l’endodontiste dans le diagnostic et le plan de traitement des lésions endo-parodontales

Étiologies et classification des lésions endo-parodontales La complexité des LEP reflète l’étroite relation entre le parodonte et le système endodontique....