Xérostomie ou hyposialie ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°29 - 4 septembre 2019 (page 26-34)
Information dentaire

La xérostomie est un symptôme fréquent, parfois motif de consultation au cabinet dentaire. Elle est définie étymologiquement par une sécheresse de la cavité buccale. La xérostomie peut être « subjective » (sensation de bouche sèche sans hyposialie) ou « objective » (sensation de bouche sèche avec hyposialie).

La xérostomie « subjective » est un symptôme fréquemment rencontré dans les stomatodynies. Cette sensation de bouche sèche est rarement le seul symptôme de la stomatodynie. Une prise de médicament est parfois associée à une xérostomie subjective.

Les xérostomies « objectives » observées au cabinet dentaire surviennent le plus souvent à la suite de la prise d’un médicament, d’une radiothérapies cervico-faciale ou dans le cadre d’un syndrome auto immun de Gougerot-Sjogrën.

Épidémiologie

Les données précises d’incidence et de prévalence des xérostomies dans la population générale française ne sont pas connues. La majorité des données épidémiologiques publiées proviennent d’études internationales dont les résultats varient en fonction des populations étudiées.
La prévalence de la xérostomie augmente avec l’âge. Elle serait de 6 % à 50 ans, 15 % à 65 ans et de 30 % après 65 ans [1, 2]. La prévalence de la xérostomie serait de 100 % chez les patients atteints d’un syndrome de Gougerot-Sjogrën (SGS) ou irradiés au niveau cervico-facial avec une dosimétrie supérieure à 40 Gy [3, 4]. La prévalence de la xérostomie serait aussi plus importante chez la femme et augmenterait avec la prise de médicaments [5].
La fréquence de la xérostomie dans la stomatodynie est de plus de 60 % [6].

Hypothèses physiopathologiques des xérostomies

La physiopathologie des xérostomies dépend d’abord du type de xérostomie, mais aussi de l’étiologie qui va perturber l’un des facteurs physiologiques impliqués dans la sécrétion salivaire.
La salive est produite par trois paires de glandes salivaires principales (parotides, sous-mandibulaires et sublinguales) et des glandes salivaires accessoires réparties sur l’ensemble de la muqueuse buccale, principalement au niveau des lèvres, des joues, de la langue et du palais. Le volume salivaire quotidien est compris entre 750 et 1 500 ml. Les glandes parotides et les glandes sous-mandibulaires produisent la majorité de ce volume salivaire (60 % et 25 % respectivement), tandis que les glandes salivaires accessoires sécrètent 10 % du volume total. La composition salivaire varie selon le parenchyme glandulaire. Ainsi, la salive parotidienne est séreuse (riche en eau), tandis que la salive sécrétée par les glandes submandibulaires et sublinguales est plutôt séro-muqueuse (riche en protéines). Les glandes salivaires accessoires produisent une salive à prédominance…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Pathologie

Article réservé à nos abonnés Maladie de Parkinson et prise en charge bucco-dentaire

Recommandations pour la prise en charge au cabinet dentaire Identifier les patients (stade de la maladie, traitements suivis…) en se rapprochant...