• Écrit par

Xylitol : recommandations actuelles de consommation pour la prévention de la maladie carieuse

Télécharger la formation
Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Depuis les années 1970, si de nombreuses études ont montré que la consommation de xylitol permet de diminuer l’incidence carieuse [1-7], d’autres n’ont pas mis en évidence un tel bénéfice [8-13]. De ce fait, une revue de littérature Cochrane publiée en 2005 affirme que l’efficacité du xylitol contre la maladie carieuse n’est pas prouvée [8]. Pourtant, des dizaines d’autorités de santé publique, de sociétés savantes, d’armées, etc., recommandent la consommation de xylitol pour diminuer l’incidence carieuse [14-16]. L’objectif de cet article est de comprendre ces divergences et de faire une mise au point sur les bénéfices de la consommation de xylitol dans la prévention carieuse sur la base des données acquises de la science.

Études sur l’impact de la consommation de xylitol sur la maladie carieuse

Le xylitol

Le xylitol est un sucre de substitution ou édulcorant naturel dont le pouvoir sucrant est égal à celui du saccharose mais avec 40 % de calories en moins (2,4 cal/g contre 4 pour le saccharose) [2]. Il est présent dans les fibres de nombreux fruits et légumes, dans différentes baies, les feuilles de maïs, l’avoine et les champignons. Il est utilisé comme édulcorant et généralement extrait du bouleau, voire du maïs ou du blé. Il appartient à la famille des polyols ou sucres alcools qui inclut, entre autres, le sorbitol, le mannitol et le maltitol. Le xylitol n’est pas fermentescible car les bactéries ne peuvent pas le métaboliser.

Études montrant un rôle positif, spécifique et actif du xylitol

Les premiers essais cliniques montrant les bénéfices de la consommation de xylitol en matière de prévention carieuse ont été réalisés à l’université de Turku, en Finlande (« Turku Sugar Studies » [17, 18]). Par la suite, de nombreuses études incluant notamment des essais cliniques de longue durée ont été réalisées, dont certaines sous les auspices de l’Organisation Mondiale de la Santé [15]. Ces travaux ont été menés par des équipes indépendantes avec des conditions expérimentales variées (âges, genres, modalités de consommation de xylitol, dose de xylitol consommée, etc.). Ils ont mis en évidence de nombreux effets spécifiques du xylitol résultant de ses propriétés physicochimiques. Ces propriétés font que la consommation de xylitol sous forme de chewing-gums :
– a un impact sur le biofilm (diminution de son volume, de sa masse, de son adhérence et de son acidité) [17-19]. La consommation de xylitol pendant quatre jours permet une diminution de 50 % du biofilm par rapport à la consommation de saccharose [20] ;
– limite la croissance des bactéries associées à la maladie carieuse, notamment les Streptococcus mutans [17-19] ;
– participe à la reminéralisation des lésions carieuses (notamment en augmentant la quantité de calcium dans le biofilm) [17-19] ;
– et, in fine, permet de diminuer l’incidence carieuse [17-19, 21-23]. Cette diminution est de 30 à 85 % chez les individus consommant des chewing-gums au xylitol [14]. Elle s’observe même en présence d’une alimentation riche en hydrates de carbone et donc hautement cariogène [17, 18, 20, 24-29]. Une étude récente réalisée au sein de la population militaire française (étude XYLIMIL) a mis en évidence une diminution de l’incidence carieuse sur un an de 54,9 %…

Les commentaires sont fermés.