L'Information Dentaire n°12 - 25 mars 2020

9,00

UGS : ID A02012 Catégorie :
Feuilleter les premières pages

Description

Tribune
Exceptionnel, vous avez dit exceptionnel ? – Lire ci-dessous
Michel Pompignoli

Éditorial
La relation dans le soin, objet premier de la guérison – Lire ci-dessous
Vianney Descroix

 

Actualités

Revue de presse

Traitements non pharmacologiques et anxiété des patients I Lire
Pascal De March

Philippe Léonard

Actualité hebdo
Nicolas Fontenelle

Se former

Dossier : La relation dans le soin

Imaginé et coordonné par Vianney Descroix

Ce qu’être présent veut dire I Lire
Vianney Descroix

Le non verbal dans la relation de soin I Lire
Julie Mayon-Morvan

Reconnaître l’autre ou comment être en relation avec lui. De la rencontre à la relation avec l’autre I Lire
Gérard Ostermann

Approche centrée sur la personne I Lire
Micheline Claudon

L’annonce d’une mauvaise nouvelle I Lire
Emmanuelle Caudron

L’hypnose médicale, une autre façon d’être en relation I Lire
Marie-Laure Grard-Bobo

Peut-on optimiser la relation dans le soin ? I Lire
Christine Romagna

 

Découverte

Histoire I État d’alerte jusqu’à nouvel ordre
Thierry Leroux


Tribune

Exceptionnel, vous avez dit exceptionnel ?

Ne trouvez-vous pas que ce mot perd de jour en jour de sa puissance ?

Les émissions de télévision en première partie de soirée (prime time en franglais moderne) sont toutes plus exceptionnelles les unes que les autres. « Vous allez vivre une soirée, un moment, une heure… d’exception », nous annonce le bonimenteur de service dès le matin au réveil… pour des émissions en soirée ! Des artistes d’exceptions, des numéros d’exception… Des journées aussi, particulièrement exceptionnelles. Une multitude d’adverbes venant rehausser le caractère exceptionnel d’un événement… d’exception !
Trop d’exceptionnel tue l’exceptionnel, jusqu’à en faire de l’ordinaire, du commun, du banal. Justement, exceptionnel : ce qui fait exception, hors de l’ordinaire. Un repas exceptionnel est un repas qui sort de l’ordinaire ! Mais là, intervient une notion d’appréciation personnelle, qui peut en faire un repas bien, moyen, voire carrément banal ou mauvais, de quoi regretter le déplacement.
Soyons honnêtes, la presse écrite, la presse spécialisée, la presse dentaire et votre hebdomadaire n’échappent pas à la règle. Encore que…

Oui, il y a eu et il y aura encore des numéros de L’Information Dentaire exceptionnels au sens originel et puissant du mot. Des numéros courageux pour s’éloigner des centres d’intérêt d’ordinaire plus centrés sur notre exercice ou encore qui ont célébré des événements remarquables. Comme celui commémorant les 100 ans de votre revue : un numéro exceptionnel, qui en a remis un certain nombre en lumière. Plus récemment, le numéro sur la précarité a marqué nos esprits. Il avait sans doute une vocation politique pour nous interpeller sur un phénomène de société : la précarité et le soin.
Mais venons-en au fait.

Je vous ai conduits jusqu’à ces lignes pour vous parler du numéro que vous avez entre les mains et qui n’est rien d’autre que cela : exceptionnel. « La relation dans le soin »… Le soin est en nous et se conjugue dans la relation qu’entretient le sujet avec la personne concernée. On nous invite ici à recentrer notre exercice de santé sur la relation du patient et de son praticien et du praticien avec son patient… Avant, le patient n’avait qu’à bien se tenir. Le traitant œuvrait pour son bien. À l’occasion pour son bien-être. Et c’était dit !
En lisant les articles que vous proposent les acteurs de ce numéro dirigé par notre ami Vianney Descroix, on (enfin je) découvre qu’il existe autre chose. Autre chose de différent que la petite vis que tout un chacun s’escrime à placer pour longtemps au bon endroit, et que sous les pavés pousse l’herbe tendre. C’est facile, tout se retrouve dans les conclusions des sept articles présents dans ce numéro « exceptionnel ».

Merci à Vianney – avec qui L’Information Dentaire et moi-même sommes engagés dans une relation de longue date – d’avoir imaginé cette édition. Merci également à tous les auteurs… sans qui ce numéro ne serait pas ce qu’il est (sic) et qui ont permis d’élever le niveau d’humanisme de notre existence qui fait le socle de nos valeurs.

Michel Pompignoli
Directeur scientifique de L’Information Dentaire


Éditorial

La relation dans le soin, objet premier de la guérison

S΄il y a bien une chose qui caractérise notre époque, c’est sans aucun doute notre capacité à être tous « connectés » et très probablement bientôt à vivre dans un monde du « tout connecté ».

À ce titre, jamais les réseaux sociaux n’ont été aussi présents et influents dans notre quotidien. Ils véhiculent un flux d’informations mondialisé, à une vitesse jamais atteinte dans une telle proportion. Sans aucun respect du cycle nycthéméral, des fins de semaines, ou encore des jours fériés, sans repos de sécurité ni aucune mesure barrière efficace (confinement, masque FFP2, SHA), nous sommes contraints à être en contact permanent les uns avec les autres. Paradoxalement, et dans une corrélation troublante – certains y voient un lien de causalité –, les sentiments d’individualisme, d’isolement social, de solitude n’ont jamais été aussi prégnants, voire alarmants chez les plus jeunes d’entre nous.

Est-ce à dire qu’être en contact, (s’)informer, communiquer, échanger ne crée pas de sentiment d’appartenance, d’affinité, d’empathie ou de reconnaissance ? Pour autant, cela ne semble pas suffisant pour créer la relation ou, mieux encore, pour être en relation. Nous pensons, à l’instar de Nathalie Heinich, que c’est la relation qui fait l’objet et non l’objet qui fait la relation. Nous pouvons à loisir créer autant d’objets de communication, de réseaux sociaux, posséder autant de technologies performantes qu’il est possible pour échanger, ce n’est pas l’objet qui fait la relation. La relation, et tout spécifiquement dans le soin, se construit au travers d’une interdépendance, d’une influence réciproque prenant le plus souvent la forme d’un don et d’un contre-don. Les objets en présence se transforment alors dans le déploiement de la relation, le patient devenant mon patient, le docteur devenant mon docteur…

Ainsi, la relation dans le soin est l’occasion d’une rencontre exquise, un colloque singulier unique imposant dans ce contexte, comme nulle part ailleurs, un impératif relationniste. Cela est à ce point vérifiable que tous-tes les auteurs-es de ce numéro spécial proposent que la relation puisse être thérapeutique, intimant qu’elle puisse s’offrir comme premier objet de guérison. Ils confirment, comme l’a merveilleusement décrit Martin Buber, qu’au commencement était la relation.

À en croire la littérature médicale, anthropologique, sociologique ou philosophique, la question de la relation reste au cœur de nombreuses interrogations. Thème orphelin dans nos réflexions, sans doute la question n’est-elle pas si triviale, si intuitive qu’il faille encore se pencher dessus. Le sujet est évidemment bien trop complexe et vaste pour être épuisé ici. Nous proposons malgré tout différents points apparus comme facilitateurs de la création d’une relation efficace.

Nous égrènerons quelques grands concepts qui constituent les questions actuelles de la relation dans le soin. Il n’est plus question aujourd’hui uniquement de soigner, il nous faut aller au-delà, élargir notre savoir être pour prendre soin.

Ce numéro consacré à la relation dans le soin se donne comme enjeu d’explorer cette notion polysémique et d’interroger quelques manières d’en faire un élément d’alliance théra-peutique indispensable dans le contexte et l’intention du soin.

Que l’ensemble des auteurs-es, chacun ayant proposé avec générosité de partager ses connaissances issues d’une clinique exigeante et profondément humaine, soit assuré de mon immense gratitude.
Bonne lecture !

Vianney Descroix
Coordinateur
Membre du comité éditorial de L’Information Dentaire
PU-PH Faculté de chirurgie dentaire Garancière Université de Paris