Utilisation d’un scanner intra-oral et d’un processus digital pour la réalisation d’une PAP

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°8 - 26 février 2020 (page 16-20)

1. Situation initiale.

Information dentaire

L’évolution rapide des procédés de CFAO ouvre de nouvelles perspectives pour la confection des prothèses amovibles partielles (PAP). Ce cas clinique présente la réalisation d’une PAP chez un patient en utilisant les dernières technologies à la disposition du chirurgien-dentiste et du technicien dentaire : le scanner intra-oral et la fusion sélective au laser (SLM) pour la réalisation d’une armature chrome-cobalt.

Cas clinique

La patiente est âgée de 56 ans, présente une édentation Kennedy classe II div 1 à la mandibule (fig. 1), est dentée au maxillaire et présente une bonne hygiène dentaire. Elle a subi de récentes extractions des molaires et souhaite remplacer les dents manquantes. La dimension verticale d’occlusion (DVO) est correcte et l’occlusion est stable. Le choix de la prothèse amovible partielle est posé pour des raisons financières.

Lors d’un premier rendez-vous, les appuis dentaires pour la future prothèse sont préparés. Puis une empreinte optique est réalisée à l’aide d’une caméra optique. Pour la mandibule, 694 images sont enregistrées avec la caméra en une minute et 39 secondes. Pour le maxillaire, 729 images sont capturées en 2 minutes et 10 secondes (fig. 2 et 3). La position d’intercuspidation maximale est ensuite enregistrée à l’aide de la caméra en plaçant le patient en position assise (fig. 4-6).

Au laboratoire (Laboratoire Bastin, Liège), l’armature est conçue virtuellement. Tout d’abord, le logiciel fait tourner le modèle en trois dimensions et calcule le parallélisme et la profondeur des contre-dépouilles dans toutes les dimensions de l’espace, afin d’obtenir la trajectoire idéale d’insertion de la future prothèse (fig. 7). La ligne de contour est ensuite tracée automatiquement. Cette étape permet au laboratoire de gagner un temps considérable par rapport à la technique conventionnelle. L’armature est ensuite dessinée sur le modèle virtuel. Le logiciel de conception met à disposition du technicien dentaire différents gabarits que celui-ci utilise pour réaliser la maquette du futur châssis de la prothèse (fig. 8 et 9).

À la fin de la réalisation de l’armature, le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

CFAO Prothèse

Article réservé à nos abonnés L’efficience clinique grâce au numérique

Il semble essentiel que les praticiens prennent conscience, si cela n’est déjà fait, de l’impérieuse nécessité de repenser la façon...
CFAO Prothèse

Article réservé à nos abonnés Quel est l’impact de l’empreinte optique sur l’activité des laboratoires de prothèse ?

Nous allons étudier l’impact de l’empreinte optique dans les cabinets sur l’activité des laboratoires via l’analyse de réponses fournies par...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La révolution économique de la chaîne numérique

Les praticiens ne comprennent pas comment une technologie fort coûteuse peut remplacer avantageusement quelques grammes de silicone. De leur côté,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les empreintes plurales en implantologie : actualités et perspectives

Les restaurations de grande étendue présentent la spécificité de devoir reproduire fidèlement les positions dans l’espace d’un grand nombre d’implants...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les empreintes conventionnelles en prothèse fixée : trucs et astuces

Les astuces « communes » à toutes les empreintes La mise en évidence des limites et du profil d’émergence Cette région du profil d’émergence est...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Empreinte en prothèse fixée : polyéthers versus silicones par addition – Partie 2

Scellement dentinaire immédiat : polyéthers ou silicones par addition ? Historique Traditionnellement, lors d’un protocole d’adhésion, il est d’usage d’utiliser...