+ 56,4 % d’inscriptions : regain d’intérêt des chirurgiens-dentistes pour le DPC en 2019

  • Publié le .
Information dentaire

Selon le rapport d’activité annuel 2019 de l’Agence nationale du DPC publié le 5 octobre dernier, 10 679 chirurgiens-dentistes étaient inscrits au 31 décembre 2019 à au moins une action de DPC, soit une augmentation de 56,4 % en un an ! La meilleure progression toutes professions de santé confondues, largement devant les infirmiers (+ 38,7 %) ou les kinés (+ 37,2 %). Globalement, 78 301 professionnels de santé étaient inscrits à des actions de DPC fin 2019 soit + 24 %. Pourquoi un tel engouement ?

Le regain d’intérêt pour le DPC coïncide en fait avec la fin de l’obligation triennale de formation (2017-2019). En principe, à l’issue de cette période, les chirurgiens-dentistes doivent adresser les attestations délivrées par les organismes de DPC au conseil départemental de l’Ordre dont ils dépendent. Pas de sanction directe en cas de manquement mais « la preuve de son engagement dans une démarche de DPC pourra être recherchée par le conseil départemental de l’Ordre en cas de suspicion d’insuffisance professionnelle », écrit l’Ordre national des chirurgiens-dentistes sur son site internet. Une « certaine mansuétude » sera accordée aux praticiens qui n’auront pas satisfait à leur obligation de formation avait également indiqué Serge Fournier, le président de l’Ordre national fin 2019 lors d’une conférence de presse.

Au 31 décembre 2019, sur l’ensemble de la période triennale d’obligation, 263 549 professionnels de santé se sont inscrits à au moins une action de DPC, soit 60,5 % de la population éligible au financement de l’Agence. 12 004 chirurgiens-dentistes étaient dans ce cas soit seulement 32,1 % des praticiens éligibles. En comparaison les pharmaciens sont 88 %, les sages-femmes 71 % et les médecins 58 %.

« Nous ne pouvons que regretter l’extrême rareté des actions proposant de vraies évaluations des pratiques professionnelles conformes aux recommandations et aux méthodes de la HAS, commente dans le rapport, Philippe Viargues, président de la Commission scientifique indépendante (CSI) des chirurgiens-dentistes chargée de contrôler et d’avaliser les organismes de formation. Il faut que la profession dans son ensemble, universitaires, ordinaux, organismes de DPC et praticiens intègrent et comprennent que le DPC est aujourd’hui incontournable et qu’il n’a qu’un seul but, l’amélioration des pratiques professionnelles au bénéfice des patients et des cliniciens ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Participez au « Plaidoyer sur l’accès à la santé orale »

Santé Orale et Soins Spécifiques (SOSS), l’entité nationale qui fédère les principales associations régionales de promotion de la santé orale des personnes en...
Vie de la profession

Elections aux URPS : la campagne électorale est lancée

La campagne électorale pour les élections aux Unions régionales des professionnels de santé (URPS) qui se dérouleront du 31 mars...
Vie de la profession

L’Ordre adhère à la plateforme téléphonique d’aide psychologique « Soins aux Professionnels de Santé »

Burn out, dépression, souffrances psychologiques liées à la situation sanitaire,… Pour soutenir les praticiens et les étudiants en odontologie, le...
Vie de la profession

DPC : moins d’actions de formation en 2020 mais le plus souvent à distance pour les dentistes

La crise sanitaire a aussi impacté le DPC : en 2020 les inscriptions ont globalement baissé de 9,7 %. « L’activité de...
Vie de la profession

« 1 jeune, 1 solution » : les prothésistes dentaires s’engagent à recruter les jeunes en formation

L’Union des prothésistes dentaires (UNPPD), qui représente 3 350 entreprises et près de 19 000 actifs, vient de signer une...
Vie de la profession

Inondations : la CARCDSF active son dispositif d’aide d’urgence

La CARCDSF active ce jour (8 février) son dispositif d’aide d’urgence pour les confrères et consoeurs touché(e)s par les inondations...