9 % des cabinets dentaires seraient à l’origine de refus de soins

  • Publié le .

Information dentaire
« Les refus de soins discriminatoires liés à la vulnérabilité économique sont le fait de 9 % des cabinets dentaires, 11 % pour les gynécologues et 15 % pour les psychiatres », conclut une étude du Défenseur des droits publiée le 22 octobre.
L’étude, intitulée « Les refus de soins discriminatoires liés à l’origine et à la vulnérabilité économique », a été réalisée à la demande du Fonds CMU-C. Elle mesure les différences de traitement dans l’accès aux soins des patients selon deux critères prohibés par la loi : l’origine (consonance du patronyme) et la situation de vulnérabilité économique (le fait de bénéficier CMU-C ou de l’ACS).
Il s’agit en fait d’un testing téléphonique. Pour chaque spécialité, une prise de rendez-vous a été
sollicitée par trois patientes fictives : une patiente de référence, une patiente révélant par son
patronyme une origine africaine, une patiente indiquant bénéficier, une fois sur deux, de la CMU-C ou de l’ACS. Ce testing a été réalisé entre février et mai 2019. « Il est représentatif au niveau
national avec plus de 1 500 cabinets couverts, 4 500 demandes de rendez-vous et 3 000 tests de
discriminations effectifs. La répartition spatiale des cabinets testés et le conventionnement des
professionnels de santé sont très proches de ceux de la France entière », précisent les auteurs.
Résultat : alors que la patiente de référence obtient un rendez-vous avec succès dans 70 % des cas, la personne bénéficiaire d’une aide (CMU-C ou ACS) a un taux de succès de seulement 58 %.
En revanche, il faut le souligner, il n’y a pas de différence significative des délais d’obtention selon l’origine des patients. Si 42 % des patients bénéficiaires de la CMU-C ou de l’ACS n’ont donc pas eu accès à un rendez-vous, ce taux varie de 25 % pour l’accès à une consultation dentaire à 66 % pour l’accès à une consultation par un psychiatre.
Raisons le plus souvent invoquées par les professionnels de santé refusant les patientes : « nous
n’acceptons pas les bénéficiaires de la CMU-C ou de l’ACS » (33 %), « nous ne prenons pas de nouveaux patients » (20 %), « nous ne pouvons pas prendre en charge votre cas » (12 %) et « nous n’avons plus de place » (9 %).

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

La cotisation APCDL est payable jusqu’au 31 mars

Les syndicats rappellent à l’unisson que les praticiens doivent régler leur cotisation, obligatoire, à l’Association de gestion du paritarisme dans...
Exercice professionnel

En 2020, 40 % des soins dentaires facturés sont sans reste à charge, selon Carte Blanche

Dans un communiqué du 12 mars, la plate-forme assurantielle observe, depuis le début de l’année, un « mouvement de vases communicants...
Exercice professionnel

Tour de garde : l’URPS-CD Grand-Est dénonce l’exemption d’un centre dentaire par l’ARS

L’URPS chirurgiens-dentistes du Grand Est appelle dans un communiqué l’ensemble des chirurgiens-dentistes de la région « dont la sécurité n’apparaît pas...
Exercice professionnel

« 100 % Santé » : en janvier, le nombre de devis RAC 0 a bondi de 44 % selon Santéclair

Dans un communiqué du 27 février, Santéclair estime que les évolutions du 100 % santé concernant l’optique, le dentaire et...
Exercice professionnel

Réforme des retraites : audit de l’étude d’impact

Les caisses de retraite autonomes des professions libérales vont demander « des expertises à des actuaires indépendants » sur les données présentées dans...
Exercice professionnel

RAC 0 : peu de difficultés, selon Les CDF

« Dans plus de 90 % des cas, les patients ont bénéficié sans aucune difficulté de l’entrée en vigueur du dispositif 100 % Santé »,...