Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Antoine Le Roux de La Fondée fut fortuitement le dernier élève-associé de Pierre Fauchard. Il bénéficia largement de sa notoriété, ce qui l’exempta probablement de publier le moindre opuscule. Beaucoup plus avisé que son maître, il sut faire largement prospérer ses affaires.

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ; à plusieurs reprises, il y prit des élèves-associés. Le premier d’entre eux semble avoir été Honoré Courtois, suivi de son neveu Honoré Gaillard dit Courtois, qui le quittèrent pour s’installer au 16 de cette même rue. à partir de 1738, ce fut le tour de Pierre-Nicolas Gaulard qui finit pendu haut et court en place de Grève le 29 octobre 1740. Vint ensuite Laurent-Tugdual Chemin, son beau-frère, à propos duquel il écrira dans la seconde édition de son Chirurgien Dentiste (1746) : « Je suis persuadé que le public me saura gré de lui laisser un seul et unique élève de ma façon qui est devenu très capable de lui rendre service dans les opérations les plus difficiles. » Malheureusement pour Fauchard, le si doué beau-frère, appelé à lui succéder, allait disparaître avant lui, le 22 août 1760.

Âgé de 81 ans passés, il lui fallait trouver rapidement un autre successeur. Il contracta d’abord avec Antoine Laudumiey qui ne resta guère puis se tourna vers un certain Antoine Le Roux de La Fondée, domicilié rue des Cordeliers. Il avait fait sa connaissance quelques années auparavant et celui-ci lui parut l’homme providentiel auquel il se vit inculquer les principes de son art.

L’environnement familial de l’heureux élu

Aîné de sa fratrie, Antoine Le Roux de La Fondée était né le 8 février 1723 à Conflans-Sainte-Honorine, d’Antoine Le Roux des Hautesrayes, charretier-haleur de bateaux à Pontoise, et de Catherine-Geneviève Fourmont. La modestie apparente de ses origines est toute relative ; son père avait été élu marguillier de Conflans, ce qui impliquait une certaine respectabilité, mais, si son ascendance paternelle n’offrait guère d’illustrations, celle de sa mère démentait cette impression.

Son grand-père maternel, étienne…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Copies qu’on forme

Ados et robots : demain la veille Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Le souffle de la création

Dans l’air du temps… Du souffle, il en faudra à tous les sportifs des JO pour l’emporter sur les divers...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Paris de la Régence, très tendance ou trop tendancieux ?

Un saut à cloche-pied dans la modernité Court, transitoire et entaché d’une luxure fantasmée, l’interrègne d’après Louis XIV reste dans...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Des Fêtes sous les étoiles !

La voie lactée dans votre sapin Des contrées aux nuits étoilées De l’astronomie à l’astrologie Des étoiles au fil des...