Bruxisme du sommeil chez les adolescents : une revue systématique de la littérature des facteurs de risques associés

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°4 - 15 septembre 2016
Information dentaire
L’étude des troubles du sommeil pourrait être d’une grande aide dans la prise en charge du bruxisme du sommeil chez les adolescents.

Si de multiples facteurs de risque ont été associés au bruxisme du sommeil (BS), de nombreuses questions concernant son étiologie n’ont pas encore trouvé de réponses et freinent sa prise en charge.
La prévalence du BS culmine dans l’enfance à environ 14-20 %, se stabilise à l’adolescence aux alentours de 8-12 %, pour décroître ensuite jusqu’à 3 %, sans considérations de genre.
Les adolescents représentant la majorité des patients d’orthodontie et le BS étant associé aux ADAM, cette revue systématique de la littérature avait pour but d’identifier les facteurs de risque de BS chez les adolescents âgés de 11 à 19 ans. Les auteurs voulaient également déterminer l’importance respective de ces facteurs de risque et évaluer leur relation avec les symptômes de BS.
Ils ont interrogé plusieurs bases de données électroniques (PubMed, Embase, Scopus, le registre des essais cliniques des groupes Cochrane Oral Health, le registre Cochrane des essais contrôlés, le Web of Science, LILACs, et SciELO) afin d’identifier les articles évalués par des pairs et dont l’inclusion dans la revue était potentiellement pertinente. Le risque de biais a été évalué selon les recommandations du manuel Cochrane pour les revues systématiques des interventions en santé, avec un rapport en accord avec les lignes directrices pour l’écriture et la lecture des revues systématiques et des méta-analyses (PRISMA).
Cette recherche a identifié 4546 articles, dont seuls 4 ont été retenus après application de tous les critères d’inclusion. Selon la méthodologie GRADE, l’ampleur de l’accord était quasiment parfaite pour tous les items étudiés. Les troubles du sommeil, et le ronflement en particulier, les maux de tête, la fatigue des muscles manducateurs, et l’attrition dentaire semblent être associés au BS chez les adolescents âgés de 11 à 19 ans.
La portée de cette revue systématique reste limitée : en dépit de l’intérêt marqué de la communauté scientifique pour le domaine des parafonctions orales, seules quatre études transversales ont répondu aux critères d’inclusion, et aucune d’elles n’a démontré une relation de cause à effet.
Les auteurs concluent que les troubles du sommeil présentent la plus forte association avec le BS, et que très peu de caractéristiques occlusales présentent une association, qui reste modérée. Le sens commun indique que l’étude des troubles du sommeil pourrait être d’une grande aide dans la prise en charge du BS chez les adolescents

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...