Carmontelle : l’amuseur en ses galeries

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°35 - 14 octobre 2020 (page 44-47)
Information dentaire
C’est le problème des touche-à-tout : Carmontelle s’est illustré dans le dessin et le théâtre avec une facilité reconnue et même applaudie sans jamais pour autant paraître vraiment « du métier » à ceux qui, artistes, littérateurs ou critiques, ne le voyaient pas en pair.
Riche de la collection Carmontelle unique au monde de son Musée Condé, le Château de Chantilly conduit, à travers une très belle sélection de 50 œuvres à la mine de plomb, sanguine, aquarelle et gouache, à réviser ce jugement et à faire, par intime réflexion, une découverte. Eh bien si, Carmontelle était bien du métier, mais du sien, celui qui combine chez cet homme inventif les multiples talents d’amateur, d’amuseur et d’animateur, et que l’on serait tenté de nommer, au prix d’un anachronisme doublé d’un anglicisme, entertainer. Ce serait se faire du cinéma ? À vous d’en juger…

L’animateur de Menus-Plaisirs

C’est toujours bon signe quand les gens sérieux font des petits dessins. En caricaturant ses congénères militaires, le rigoureux topographe du roi Louis Carrogis se prépare à devenir l’illustre Carmontelle, spirituel ordonnateur des fêtes brillantes du Duc d’Orléans, lecteur de son fils le futur Philippe Égalité, auteur pour eux de comédies-proverbes, portraitiste amateur mais couru de la Cour et du Tout-Paris, au surplus dessinateur de jardins dont le Parc Monceau, et inventeur, pour un public choisi et ravi, de charmants transparents déroulants paysagers longs de 2 mètres à plus de 50.

Témoin fin de cette seconde partie du XVIIIe siècle prise sur le vif, au naturel, dans ses décors et avec ses petits riens qui en disent long, il est partout avec aisance et justesse l’ami Carmontelle, ainsi que l’appelle Grimm qui lui reconnaît « le talent de saisir singulièrement l’air, le maintien, l’esprit de la figure plus que la ressemblance des traits » et loue ses recueils, chaque jour augmentés, en ce qu’ils « donnent aussi une idée de la variété des conditions ; des hommes et des femmes de tout état, de tout âge s’y trouvent pêle-mêle »*.

S’il se donne la commodité de peindre de profil, il peint tous les profils : écrivains, philosophes et savants des Lumières, princes du sang ou des arts, grandes dames tenant salon, courtisanes ouvrant ruelle, petits métiers battant pavé ou chemin. Comédie humaine avant l’heure et tableau irremplaçable de la « douceur de vivre » que Talleyrand prêtait à l’Ancien Régime, cette galerie de portraits – 750 au total, une vraie mine – constitue non pas un herbier sec mais une fraîche et tendre galerie panoramique, un autre écran où regarder défiler cette société contrastée d’avant la Révolution, qui verra certaines de ses têtes monter à la tribune et d’autres tomber dans le panier – celle de Philippe Égalité ayant fait les deux, par souci d’équilibre sans doute.

Des planches à la scène, l’amuseur

Sur les tréteaux, son autre talent, Carmontelle se saisit de tous ces acteurs pour en faire non des caractères au sens du mordant La Bruyère ni des types Balzaciens à l’eau-forte, mais les simples figures de comédies légères et sans prétention, les proverbes, où tout ce monde vit encore dans une certaine harmonie et où tout se termine à peu près bien, dans un relatif meilleur des mondes qui, en tout cas, a le goût d’escamoter le grinçant, de gazer la pointe d’amertume finale de la morale à deviner. C’est la vocation traditionnelle du proverbe au théâtre, broderie plutôt lâche sur de minces canevas. Moqueur mais modeste, l’auteur n’y apporte certes rien du trouble subtil des jeux amoureux où Marivaux se hasarde à échanger les positions sociales, ni de la rouée subversion de Beaumarchais qui, en dénonçant les inégalités – en contrebande dans ses tirades et avec un sel que les gabelous de la censure enragent de ne pouvoir taxer – en annonce et prononce la fin, ni de la fantaisie de Musset bientôt appelé à réinventer poétiquement le genre. Mais si Carmontelle se borne à investir l’enveloppe du modèle, c’est avec le même plaisir que prennent ses hôtes à revêtir les costumes de leurs personnages, dans un divertissement mondain et badin d’improvisation sur fond de travestissement de campagne, un peu moins déboutonné que la farce ou la parade, qui réjouit son époque. Il en persistera un écho lointain, en plus ombreux, dans La règle du jeu de Renoir, plus noir encore chez Anouilh, en demi-teintes acidulées chez Rohmer. Au demeurant, le principe même de ces saynètes vite troussées et faites pour s’amuser ensemble sous la direction d’un meneur de jeu inspirera assez probablement l’esprit de pochade et de sketch burlesque des premiers réalisateurs.

Côté jardin, l’inventeur

Homme de décors et d’amusemens de société, Carmontelle ne s’arrête pas en si bon chemin. La cinquantaine venue, il entreprend de se faire paysagiste et dessine en 1773 un parc peuplé d’une foule de fabriques pour cet Orléans, encore Duc de Chartres, acquéreur du vaste domaine de Mousseau** au pied de Montmartre. La folie de Chartres, achevée en 1778, sera un modèle précurseur du genre « jardin naturel » et de la vogue qu’il connaîtra. La nouveauté qu’y introduit Carmontelle est son idée de créer un espace « réunissant en un seul jardin tous les temps et tous les lieux », une sorte de panorama historique des styles issus de toutes les cultures du monde. L’obélisque et la pyramide y côtoient le temple et la colonnade antiques, le minaret, la tente, le château fort à pont-levis, le rocher à cascade et le moulin. Carmontelle multiplie les compositions et les accès pour ménager des vues traitées comme des tableaux. Il ne reste qu’à les animer en s’y promenant.

Sentant sans doute qu’il tient là quelque chose, le divertisseur-animateur dans l’âme saute peu après sur une autre idée, qui est en quelque sorte son exact opposé : promener le paysage devant le spectateur immobile. Et cela donne ses fameux transparents qui, sur le principe de la lanterne magique et actionnés par l’auteur – tandis qu’il déroule à haute(s) voix une intrigue aux piquants dialogues en recyclant ses proverbes –, font défiler sous les yeux des bandes de papiers collés ornés de fins décors champêtres, cernés d’un cadre noir et rythmés par de hauts arbres qui les séquencent. Anticipation lumineuse : un siècle et quelques brevets plus tard, l’idée s’épanouira dans le cinématographe, et jusqu’aux divers écrans qui en procèdent.

* D’utiles cartels font reconnaître et connaître ces figures distinguées par « l’homme qui a fait poser devant lui la société de son temps » (Les Goncourt).

** L’actuel Parc Monceau en provient. Redessiné, réduit et loti sous le Second Empire, il conserve néanmoins quelques vestiges de son ancêtre !

Carmontelle (1717-1806) ou le temps de la douceur de vivre
Domaine de Chantilly Cabinet d’arts graphiques

Jusqu’au 3 janvier 2021

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – novembre 2020

Cette semaine, notre dossier Tendances vous ouvre les portes, au propre comme au figuré. Au propre d’abord, avec un shopping...
À découvrir

“C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière”

Tout de chic Le monde de l’art adule d’emblée les photos de Man Ray. Alors que, frais initié à New...
À découvrir

Julien Botot : un dentiste chevalier de Saint-Louis

Au siècle des Lumières, beaucoup de praticiens commercialisaient des produits similaires à l’Eau de Botot, mais aucun n’atteignit sa notoriété....
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Giorgio de Chirico, une stature mythique

Le voyageur de l’étrange La jeunesse de Chirico (prononcé Kirico, à l’italienne) est aussi cosmopolite que sa famille, d’origine ottomane, qui...
À découvrir

Décloisonner la relation entre l’odontologie et les spécialités médicales

« À l’instar du mur d’enceinte d’une citadelle, les dents sont à l’avant-garde de la protection de l’organisme. Elles constituent avec...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Dédale idéal pour Dalíres

Su-bli-me-ment mé-ta-phy-sique ! Dalí, avec sa scansion inoubliable, aurait à coup sûr poussé une enthousiaste exclamation de ce genre devant l’atomisation...