Comident et ADF consultent les Français pour « sortir la santé bucco-dentaire de l’angle mort des politiques publiques »

  • Publié le .
Information dentaire

Co-construire une stratégie nationale de santé bucco-dentaire. C’est l’objectif que se fixent le Comident et l’ADF. Ils ont annoncé le 8 juin à Paris après l’assemblée générale du Comident, qui regroupe fabricants et distributeurs français de matériel dentaire, le lancement d’une plate-forme en ligne destinée à recueillir les contributions.

Accès aux soins, financement, démographie professionnelle, maladies chroniques, nutrition, précarité, prévention, handicap, grand âge… : tous ceux qui le souhaitent (citoyens, professionnels du secteur, représentants d’associations,…) sont invités à partager leurs constats, leurs réflexions, leurs problématiques ou leurs propositions.

« La profession sait réagir dans l’urgence comme lors de la crise du Covid, se faire entendre comme lors des discussions récentes au Parlement sur les lois concernant l’encadrement des centres de santé ou la création du métier d’assistante dentaire de niveau 2. Les conventions permettent aussi d’avancer comme avec le 100 % santé qui a amélioré l’accès aux soins, mais nous voyons bien que tout cela n’est pas suffisant tant les implications de la santé bucco-dentaire sont multiples, étroitement liées à la santé en général, constate Julien Laupie, secrétaire général de l’ADF. Nous devons disposer d’un état des lieux et d’une feuille de route pour les dix ou quinze prochaines années avec des objectifs clairs et chiffrés, des bilans d’étapes, une idée des moyens à mobilisés pour y arriver. »

Depuis le dernier plan de prévention entre 2006 et 2010, « la France navigue sans pilote sur la santé bucco-dentaire » notait l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) en 2013. Les deux organisations ont donc décidé de « changer de braquet » et de mettre en commun leurs moyens humains et financiers pour « interpeller les pouvoirs publics, afin que la santé bucco-dentaire ne soit plus le parent pauvre des politiques publiques en santé. »

Les premières rencontres avec les associations de patients sont en cours et une étude sur les « coûts de l’inaction » a été commandée. « Par exemple combien coûte à la société un accouchement prématuré lié à une maladie parodontale non soignée ? C’est concret ça. Il faut montrer la réalité aux pouvoirs publics », insiste Doniphan Hammer, également secrétaire général de l’ADF.

Comident et ADF se sont donnés six mois pour collecter données et points de vue. Une synthèse sera réalisée au mois de novembre et une restitution à la profession se fera au cours « d’Etats-généraux de la santé bucco-dentaire » lors du congrès de l’ADF 2023. Viendra alors le temps d’interpeller les pouvoirs publics. « Plutôt que le gouvernement ou les ministères nous comptons sur les parlementaires pour porter notre message, souligne Julien Laupie. Nous devons trouver celles ou ceux capables de se faire entendre ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Accès aux études santé : une réforme toujours aussi bancale selon l’UNECD

« Pédagogie oubliée, santé mentale en danger, organisation balbutiante, incompréhensions planantes, coordination inefficace, suivi approximatif »… Le rapport 2024 des...
Vie de la profession

La profession veut en finir avec l’« art dentaire »

« Totalement désuète », « inadaptée », la terminologie « art dentaire » « ne correspond plus en aucune manière...
Actualité Vie de la profession

La Cour des comptes pointe le « surfinancement » des URPS chirurgiens-dentistes

Tarir un flot d’argent sans utilité. Tel est le principal objectif de la Cour des comptes dans cette note publiée...
Vie de la profession

Soins écoresponsables : partagez vos initiatives

L’assurance maladie invite les professionnels de santé exerçant en ville ou en structure de soins, à remplir un questionnaire en ligne pour...
Vie de la profession

Convention dentaire : syndicats et assurance maladie font le point sur les changements à venir le 25 février

Revalorisation des soins conservateurs (restauration et endodontie), extension de la prise en charge des vernis fluorés, consultation blanche pour les...
Vie de la profession

La Cour des Comptes pointe le « surfinancement » des URPS chirurgiens-dentistes

Tarir un flot d’argent sans utilité. Tel est le principal objectif de la Cour des comptes dans cette note publiée...