Comment l’empathie permet de moduler l’intensité de la douleur ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°35 - 16 octobre 2019
Information dentaire
Article analysé :
Fauchon C, Faillenot I, Quesada C, Meunier D, Chouchou F, Garcia-Larrea L, Peyron R. Brain activity sustaining the modulation of pain by empathetic comments. Sci Rep 2019 ; 9 (1) : 8398.

Une question particulièrement importante concernant la relation de soin est de comprendre comment le comportement des soignants peut influencer les ressentis du patient. De manière plus spécifique encore, les mots utilisés au cours du soin par l’équipe soignante peuvent-ils modifier le ressenti douloureux de la personne et, si oui, comment ?

Camille Fauchon (laboratoire Neuropain, Inserm Lyon) en 2017 avait démontré que des volontaires sains soumis à une stimulation thermique douloureuse ressentaient moins la douleur s’ils entendaient parler de leur expérience douloureuse de manière empathique (versus non empathique). Cela réduisait en moyenne de 12 % l’intensité de la douleur.

Pour étudier les modifications cérébrales associées à cet effet, Camille Fauchon a effectué des mesures d’IRM fonctionnelle chez 30 sujets en bonne santé qui ont reçu des stimuli thermiques douloureux sur la main gauche tout en entendant des commentaires empathiques, neutres ou sans empathie (dans le casque audio, laissé ouvert « par inadvertance »). Les résultats confirment ceux de 2017, seuls les commentaires empathiques réduisaient de manière significative l’intensité de la douleur. L’analyse des signaux cérébraux a révélé qu’à la suite des stimuli douloureux, à la fois les conditions « empathiques » et « non empathiques » augmentaient de manière significative l’activation des cortex insulaires antérieur droit et pariétal postérieur, tandis que les activations du cortex cingulaire postérieur et du précuneus (PCC/Prec) étaient significativement plus fortes pendant la condition empathique versus non empathique.

L’activité cérébrale a augmenté dans le cortex préfrontal dorso-latéral dans la condition empathique et a diminué dans le PCC/Prec et le cortex préfrontal ventro-médian (vmPFC) dans la condition non empathique. Dans la condition empathique uniquement, la connectivité fonctionnelle a considérablement augmenté entre le vmPFC et le cortex insulaire. Ces résultats suggèrent que la modulation de la perception de la douleur par les messages empathiques implique un ensemble de régions cérébrales de haut niveau associées à des processus cognitifs tels que mémoires autobiographiques et à la conscience de soi, et repose sur des interactions entre de telles structures supra-modales et des nœuds clés du système de la douleur.

Ce que montrent les travaux de l’équipe du laboratoire de Neuropain sont essentiels pour la pratique clinique. En effet, ils démontrent de manière formelle que la manière de communiquer (ou non) de l’équipe soignante est un élément essentiel pour moduler le ressenti douloureux des patients. Finalement, l’empathie participe de façon primordiale à la qualité des soins.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...