Comment l’empathie permet de moduler l’intensité de la douleur ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°35 - 16 octobre 2019
Information dentaire
Article analysé :
Fauchon C, Faillenot I, Quesada C, Meunier D, Chouchou F, Garcia-Larrea L, Peyron R. Brain activity sustaining the modulation of pain by empathetic comments. Sci Rep 2019 ; 9 (1) : 8398.

Une question particulièrement importante concernant la relation de soin est de comprendre comment le comportement des soignants peut influencer les ressentis du patient. De manière plus spécifique encore, les mots utilisés au cours du soin par l’équipe soignante peuvent-ils modifier le ressenti douloureux de la personne et, si oui, comment ?

Camille Fauchon (laboratoire Neuropain, Inserm Lyon) en 2017 avait démontré que des volontaires sains soumis à une stimulation thermique douloureuse ressentaient moins la douleur s’ils entendaient parler de leur expérience douloureuse de manière empathique (versus non empathique). Cela réduisait en moyenne de 12 % l’intensité de la douleur.

Pour étudier les modifications cérébrales associées à cet effet, Camille Fauchon a effectué des mesures d’IRM fonctionnelle chez 30 sujets en bonne santé qui ont reçu des stimuli thermiques douloureux sur la main gauche tout en entendant des commentaires empathiques, neutres ou sans empathie (dans le casque audio, laissé ouvert « par inadvertance »). Les résultats confirment ceux de 2017, seuls les commentaires empathiques réduisaient de manière significative l’intensité de la douleur. L’analyse des signaux cérébraux a révélé qu’à la suite des stimuli douloureux, à la fois les conditions « empathiques » et « non empathiques » augmentaient de manière significative l’activation des cortex insulaires antérieur droit et pariétal postérieur, tandis que les activations du cortex cingulaire postérieur et du précuneus (PCC/Prec) étaient significativement plus fortes pendant la condition empathique versus non empathique.

L’activité cérébrale a augmenté dans le cortex préfrontal dorso-latéral dans la condition empathique et a diminué dans le PCC/Prec et le cortex préfrontal ventro-médian (vmPFC) dans la condition non empathique. Dans la condition empathique uniquement, la connectivité fonctionnelle a considérablement augmenté entre le vmPFC et le cortex insulaire. Ces résultats suggèrent que la modulation de la perception de la douleur par les messages empathiques implique un ensemble de régions cérébrales de haut niveau associées à des processus cognitifs tels que mémoires autobiographiques et à la conscience de soi, et repose sur des interactions entre de telles structures supra-modales et des nœuds clés du système de la douleur.

Ce que montrent les travaux de l’équipe du laboratoire de Neuropain sont essentiels pour la pratique clinique. En effet, ils démontrent de manière formelle que la manière de communiquer (ou non) de l’équipe soignante est un élément essentiel pour moduler le ressenti douloureux des patients. Finalement, l’empathie participe de façon primordiale à la qualité des soins.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Santé parodontale et orthodontie : quelle méthode ?

Un beau visage est un avantage préférable à toutes les lettres de recommandation. » Cette citation d’Aristote résonne dans nos sociétés...
Revue de presse

Covid-19 et tests salivaires : quel enjeu pour les chirurgiens-dentistes ?

En santé publique, la mesure classique pour ralentir et enrayer le développement d’une épidémie consiste à détecter, tester, isoler et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Effets de la nutrition et des hormones sur le résultat du traitement par appareil fonctionnel chez les patients présentant une malocclusion squelettique de classe II

Les malocclusions squelettiques de classe II, par prognathie maxillaire et/ou rétrognathie mandibulaire, sont l’une des dysmorphoses les plus fréquentes. Jusqu’à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant dans la population orthodontique : prévalence du risque positif et des associations

Les troubles respiratoires obstructifs du sommeil (TROS) pédiatriques décrivent un spectre de maladies allant du ronflement au syndrome de résistance...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Prothèses maxillo-faciales et chirurgien-dentiste : un lien pour toute la vie

Le domaine de la prothèse maxillo-faciale (PMF) est plutôt mal connu des omnipraticiens qui le considèrent, souvent à raison, comme...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Maturation des vertèbres cervicales : les stades post-pubères sont-ils atteints pour tous les sujets ?

Des études scientifiques montrent que la réponse de croissance mandibulaire à la thérapeutique orthopédique des malocclusions de classe II est plus...