Couronnes céramiques : empreinte classique ou numérique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

La précision d’adaptation constitue le facteur le plus important de succès clinique et de survie à long terme pour les restaurations coronaires complètes en céramique. L’empreinte constitue l’un des facteurs déterminants de cette précision. Certaines études montrent la supériorité des techniques numériques, alors que d’autres concluent en faveur des empreintes traditionnelles. Le but de cette étude était de passer systématiquement en revue les publications existantes pour évaluer la précision d’adaptation marginale de restaurations unitaires complètes en céramique après empreinte numérique ou conventionnelle et d’en faire une méta-analyse.

 

La stratégie de recherche repose sur la détermination de mots clés selon le cadre PICO (Population concernée, type d’Intervention, Comparaison et Outcome (résultat)) et couvre la période de 1989 à 2014.
Douze études ont été retenues et incluses dans la méta-analyse. Pour les études in vitro, où les restaurations en céramique avaient été réalisées après empreinte conventionnelle, la moyenne du hiatus marginal était de 58,9 µm (IC 95 % : 41,1-76,7 µm), alors qu’après empreinte numérique elle était de 63,3 µm (IC 95 % : 50,5-76,0 µm). Pour les études in vivo, la moyenne du hiatus marginal après empreinte numérique était de 56,1 µm (IC 95 % : 46,3-65,8 µm), alors qu’elle était de 79,2 µm (IC 95 % : 59,6-98,9 µm) après empreinte conventionnelle. L’analyse statistique ne montre pas de différence significative entre les deux types d’empreinte, aussi bien pour les études in vitro que pour celles in vivo. La plupart des procédés numériques inclus dans cette étude fonctionnaient par acquisition directe, ce qui n’a pas permis de les comparer valablement avec d’autres procédés, mais tous permettent de dépasser les critères standard cliniques d’acceptabilité.

 

Les auteurs concluent de cette revue de synthèse et de cette méta-analyse qu’aucune différence significative n’a pu être mise en évidence au niveau du hiatus marginal observé pour les constructions céramiques unitaires réalisées à partir d’empreintes numériques ou conventionnelles aux élastomères. Ces deux techniques permettent d’obtenir des constructions cliniquement parfaitement acceptables.

 

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...