Créations de huit sites universitaires en 2022 : la profession « favorable » mais en « alerte »

  • Publié le .
Information dentaire

Le Premier ministre a annoncé le 2 décembre dernier la création, dès la rentrée 2022, de huit nouveaux sites universitaires de formation en odontologie « soit sous forme d’unités de formation et de recherche soit sous forme d’antennes » installés à Amiens, Caen/Rouen, Dijon/Besançon, Grenoble, Poitiers et Tours (https://bit.ly/3pARb1y). Objectifs : « orienter les professionnels de santé vers les territoires les plus fragiles du point de vue de la démographie en chirurgiens-dentistes » et « permettre d’atteindre l’objectif ambitieux d’augmentation de 14 % des capacités d’accueil en formation en odontologie sur la période 2021-2026 ».

Le gouvernement apporte ainsi une réponse aux propositions contenues dans le rapport de l’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS) publié le 20 avril suite à la Conférence nationale de santé du 26 mars (https://bit.ly/3pl7CPn). Il n’a livré aucune modalité de mise en œuvre de ce plan qu’il souhaite pourtant réalisé dans un délai très court.

C’est bien ce qui inquiète aujourd’hui la profession. Si, dans un communiqué commun du 7 décembre, tous les syndicats dentaires (FSDL, Les CDF, UD, SFCD) et l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD), soutenus par la Conférence des doyens en odontologie et l’ADF se disent « favorables » à l’ouverture de ces nouvelles unités de formation, ils alertent sur « les dangers » que cela pourrait représenter.

Regrettant un manque de concertation avec les acteurs de la profession « alors que ce plan implique des changements conséquents avec un délai trop court pour une mise en place sereine », ils craignent que l’on déshabille Paul pour habiller Jacques.

Comment recruter des enseignants et des encadrants qualifiés dans ces nouveaux lieux de formation quand les 15 UFR déjà existantes « souffrent d’un manque cruel de moyens humains et matériel tant sur les sites universitaires qu’hospitaliers » ? Selon le communiqué, l’ouverture de sites universitaires supplémentaires risquerait « d’entraîner une dégradation inacceptable de la qualité de l’encadrement ».

Les signataires demandent en conséquence une « clarification » et « une présentation détaillée » du plan du gouvernement, la transmission du rapport de l’Inspection générale de l’éducation qui doit présenter un état des lieux précis de la formation en odontologie et des « investissements massifs » sur le projet à venir comme sur les lieux de formation existants.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Les URPS dénoncent l’oubli des dentistes et des assistantes dans la liste des professions médicales prioritaires

« Encore une fois, les chirurgiens-dentistes et leurs assistant(e)s dentaires ne sont pas considérés comme des professionnels de santé indispensables à...
Vie de la profession

Le nombre de centres de santé dentaire a progressé de 60 % en seulement cinq ans

Folle croissance. 363 centres dentaires ont été créés depuis 2017, soit une progression de + 60 % sur cette période,...
Vie de la profession

Prix de thèse UFSBD 2021

L’UFSBD a décerné lors du Congrès 2021 de l’ADF son 8e prix de thèse. Les candidatures étaient ouvertes aux jeunes confrères...
Vie de la profession

Léger reflux des dépenses de soins dentaires en novembre

Les remboursements de soins dentaires marquent une pose après une rentrée tonitruante : – 2,4 % en novembre 2021 par...
Vie de la profession

Il est « indispensable » d’augmenter les effectifs, selon l’ONDPS

Une démographie professionnelle atone Au 1er janvier 2021, 42 031 chirurgiens-­dentistes de moins de 70 ans sont en activité. Les effectifs évoluent...
Vie de la profession

L’encadrement des centres dentaires en partie annulé par le Conseil Constitutionnel

Déception : le Conseil Constitutionnel, dans une décision datée du 16 décembre annule l’article 70 de la Loi de financement...