Créations de huit sites universitaires en 2022 : la profession « favorable » mais en « alerte »

  • Publié le .
Information dentaire

Le Premier ministre a annoncé le 2 décembre dernier la création, dès la rentrée 2022, de huit nouveaux sites universitaires de formation en odontologie « soit sous forme d’unités de formation et de recherche soit sous forme d’antennes » installés à Amiens, Caen/Rouen, Dijon/Besançon, Grenoble, Poitiers et Tours (https://bit.ly/3pARb1y). Objectifs : « orienter les professionnels de santé vers les territoires les plus fragiles du point de vue de la démographie en chirurgiens-dentistes » et « permettre d’atteindre l’objectif ambitieux d’augmentation de 14 % des capacités d’accueil en formation en odontologie sur la période 2021-2026 ».

Le gouvernement apporte ainsi une réponse aux propositions contenues dans le rapport de l’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS) publié le 20 avril suite à la Conférence nationale de santé du 26 mars (https://bit.ly/3pl7CPn). Il n’a livré aucune modalité de mise en œuvre de ce plan qu’il souhaite pourtant réalisé dans un délai très court.

C’est bien ce qui inquiète aujourd’hui la profession. Si, dans un communiqué commun du 7 décembre, tous les syndicats dentaires (FSDL, Les CDF, UD, SFCD) et l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD), soutenus par la Conférence des doyens en odontologie et l’ADF se disent « favorables » à l’ouverture de ces nouvelles unités de formation, ils alertent sur « les dangers » que cela pourrait représenter.

Regrettant un manque de concertation avec les acteurs de la profession « alors que ce plan implique des changements conséquents avec un délai trop court pour une mise en place sereine », ils craignent que l’on déshabille Paul pour habiller Jacques.

Comment recruter des enseignants et des encadrants qualifiés dans ces nouveaux lieux de formation quand les 15 UFR déjà existantes « souffrent d’un manque cruel de moyens humains et matériel tant sur les sites universitaires qu’hospitaliers » ? Selon le communiqué, l’ouverture de sites universitaires supplémentaires risquerait « d’entraîner une dégradation inacceptable de la qualité de l’encadrement ».

Les signataires demandent en conséquence une « clarification » et « une présentation détaillée » du plan du gouvernement, la transmission du rapport de l’Inspection générale de l’éducation qui doit présenter un état des lieux précis de la formation en odontologie et des « investissements massifs » sur le projet à venir comme sur les lieux de formation existants.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...