Crise sanitaire : son impact négatif sur le moral des chirurgiens-dentistes n’entame pas leur fierté d’exercer

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°44 - 16 décembre 2020
Information dentaire

L’impact de la Covid-19 a été plutôt négatif pour les chirurgiens-dentistes : leur chiffre d’affaires et leur moral ont été largement touchés », indique une enquête de CMV Médiforce, filiale de financement de BNP, publiée le 3 décembre. Tous les ans, elle passe au crible les doutes et les espoirs de plusieurs centaines de représentants de 7 professions libérales de santé (PLS). Cette année, 495 d’entre eux ont été interrogés du 16 septembre au 19 octobre 2020 par internet, dont 71 chirurgiens-dentistes.

76 % des confrères indiquent donc que leur chiffre d’affaires est « durablement impacté par la crise », contre 61 % en moyenne pour les autres professions de santé interrogées. Position logique puisque les cabinets dentaires ont fermé pendant le confinement. Un peu plus d’un praticien sur deux (56 %) voient leur moral « en tant que professionnel de santé » chuter (58 % pour l’ensemble). Cependant, trois praticiens sur quatre ont apprécié le mouvement de soutien populaire et la moitié (54 %) a le sentiment « d’avoir été soutenu par sa compagnie d’assurances ». 41 % se disent satisfaits de la gestion de la crise par le gouvernement et 51 % estiment être « prêts à affronter une nouvelle vague ». Le sondage a été réalisé juste avant le nouveau confinement du mois de novembre.

« Changer de métier »

Plus globalement, et malgré la crise sanitaire, les praticiens restent « globalement » satisfaits de leur métier : à 73 % contre 79 % en 2019. 89 % se disent même « fiers » d’exercer ce métier, très stimulant au quotidien (69 %). Ils n’étaient respectivement que 84 et 60 % il y a un an. Neuf sur dix (89 %) sont fiers d’exercer en libéral, soit 12 % de mieux qu’en 2019. Et 82 % estiment apporter « une contribution réelle à la société ».

Seuls bémols, les contraintes administratives et budgétaires, si envahissantes que les praticiens « n’ont plus l’impression de faire vraiment leur métier » (73 %), mais aussi l’idée que le métier rapporte peu par rapport à la charge de travail (45 %) et l’envie de « changer de métier, de faire autre chose » qui, même si elle reste très minoritaire (28 %), progresse de 7 points sur un an et est bien supérieure aux autres professionnels de santé (19 % en moyenne).

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Un nouveau bureau pour l’UNECD

Le bureau national 2021-2022 de l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire a été élu le 17 octobre lors du 108e congrès de l’association...
Vie de la profession

Qualité et sécurité des produits dentaires : le Comident appelle toute la filière à la vigilance

Dans un environnement perturbé par la crise sanitaire et ses répercussions sur l’approvisionnement et les prix, la propagation de produits...
Vie de la profession

PLFSS 2022 : vers un renforcement des contrôles et des sanctions pour les centres de santé dentaire ?

Mettre fin au conventionnement d’office des centres de santé dentaire, leur appliquer les tarifs d’autorité s’ils ne sont pas conventionnés,...
Vie de la profession

Cancers pédiatriques : l’UNECD soutient l’Arame

En octobre, les étudiants en dentaire se mobilisent pour le sourire des enfants. Dans le cadre de son projet « Dentamain », l’Union nationale des étudiants...
Vie de la profession

DIPA : mobilisation des libéraux de santé

Dans un communiqué du 21 septembre, six syndicats de professions de santé libéraux, dont la FSDL et l’Union dentaire, mais pas...
Vie de la profession

Sinistralité 2020 : forte baisse du nombre des litiges en lien avec une année tronquée  

En 2020, les 27 485 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et adhérents du contrat groupe Les CDF ont adressé 1 682...