Déplacement des molaires mandibulaires dans des crêtes édentées :

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°4 - 15 septembre 2017
Information dentaire
La fermeture de l’espace par mésialisation de la seconde molaire mandibulaire augmente légèrement le risque de déhiscence sur cette dent.

une étude par CBCT

Les traitements orthodontiques de l’adulte sont fréquents et impliquent souvent des édentements postérieurs non compensés. Dans le cas d’absence des premières molaires mandibulaires, nous pouvons soit fermer soit ouvrir l’espace d’édentement après avoir redressé la seconde molaire. Le problème soulevé par les auteurs est le risque de déhiscence parodontale en cas de fermeture d’espace d’une crête fine. Pour étudier ceci, ils ont inclus de manière prospective 18 patients avec 27 édentements uni ou bilatéraux qui ont été divisés en 3 groupes : un groupe « ouverture d’espace » composé de 15 édentements sur une hémiarcade, un groupe « fermeture d’espace » composé de 12 édentements sur une hémiarcade et un groupe contrôle composé de 9 hémiarcades sans édentements. Pour les deux options thérapeutiques, les deuxièmes molaires ont d’abord été redressées à l’aide d’un arc à boucle en TMA .
 
017x.025 inch puis l’espace a été ouvert ou fermé. Les auteurs ont mesuré 4 mois après la fermeture ou l’ouverture des espaces sur des acquisitions cone-beam CT : la distance entre le collet et le sommet de la crête alvéolaire en vestibulaire et en lingual, ainsi que l’épaisseur d’os à mi-hauteur de la racine en vestibulaire et en lingual sur des coupes passant par le milieu des deuxièmes prémolaires et deuxièmes molaires bordant l’édentement. Les résultats de cette étude ne montrent pas de différence au niveau de la deuxième prémolaire qui n’a pas été déplacée dans l’espace d’édentement. Les auteurs mettent en évidence de façon statistiquement significative une légère perte osseuse en vestibulaire et en lingual au niveau des deuxièmes molaires dans les cas de fermeture d’espace mais pas de différence dans les cas d’ouverture d’espace.
 
L’ouverture et la fermeture d’espace sont deux options thérapeutiques valables pour le traitement d’édentements postérieurs chez l’adulte. La fermeture d’espace nécessite un temps de traitement un peu plus long que l’ouverture (17.7 mois en moyenne contre 10.9 mois) et augmente le risque de déhiscence au niveau de la molaire déplacée.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...