Dégradations de la salle d’attente

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 24 février 2021
Information dentaire

Des dommages involontaires peuvent être causés par un patient au sein d’un cabinet dentaire ; mobilier, matériel dentaire ou informatique, jouets, décoration… Ces dégâts représentent un préjudice pour le praticien. Il nécessite réparation. Les recours sont possibles, mais la relation de soin peut se trouver impactée par cette situation. Le praticien est alors partagé entre la retenue qu’il maîtrise en tant que soignant et la réaction de mécontentement liée aux dégradations. Il faut agir pour préserver son cabinet et pour éviter un conflit avec son patient. La prise en compte du risque d’accident doit permettre un agencement sécurisé du cabinet, mais ce risque ne peut jamais être nul et ne dégage pas les patients de leur responsabilité et de leur attention.

Situation

– Pour la deuxième fois, cette famille occupe bruyamment ma salle d’attente. Les jeunes enfants, très turbulents, ne cessent de déplacer la décoration, les journaux sont abîmés, et aujourd’hui, l’un des garçons a renversé une petite table, cassant l’un de ses pieds et le vase qui s’y trouvait.

– Malgré les excuses confuses de la maman, je me demande si je peux exiger un remboursement des dégâts. Elle me signale que les objets fragiles ne devraient pas être disposés dans une salle qui reçoit des enfants qui peuvent se blesser.

– Je désire éviter un nouvel incident avec cette famille. Puis-je mettre fin à ma relation de soins avec elle ?

Réflexion du Docteur Violaine Smail-Faugeron

Maître de conférences des universités – Praticien hospitalier.
Faculté de chirurgie dentaire de l’Université de Paris

« 10 h 15. J’avais rendez-vous à 10 h. Pour m’arracher une dent en plus, et j’ai cru comprendre que c’était une opération très difficile. Même pour ça, le dentiste est encore en retard. Il se rend compte du préjudice qu’il me cause en me faisant patienter ainsi, dans l’angoisse ?

« Paul ! Arrête de déchirer ces magazines ! Victor, attention au vase !

« Mais qu’ai-je fait au bon Dieu pour mériter des enfants comme ça ? Je n’en peux plus, je suis fatiguée… Le dentiste ne va pas être content. Oh et puis il n’avait qu’à pas être en retard celui-là ; tout cela ne serait pas arrivé ! »

Peut-être est-ce cela, la vie de la patiente. Peut-être est-ce une femme seule, sans moyen de garde, peut-être ses enfants sont-ils en situation de handicap, malades, hyperactifs ou simplement turbulents, « mal élevés ». Que lui conseiller alors ? La fameuse « pilule de l’obéissance »*, si répandue aux États-Unis et qui commence à l’être également en France ? Oui, peut-être faudrait-il prescrire à ses enfants ce psychotrope, cette drogue, pour enfin avoir…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

L’Ordre diffuse un nouveau logo pour communiquer y compris sur les façades d’immeubles et enseignes lumineuses

Pour une « meilleure information du public et des patients », le Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes a créé un logo...
Exercice professionnel

Un accord conventionnel pour développer les CPTS

Pour accélérer le déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), l’Assurance maladie et les principaux syndicats de professionnels de...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés E-réputation : comment y répondre ?

Situation – « Évitez ce praticien, il ne vous fera pas du bien. » « Au secours, il m’a extrait des dents conservables,...
Exercice professionnel

Convention dentaire : ce qui a changé au 1er  janvier

De nouvelles revalorisations et quelques plafonnements sont intervenus le 1er janvier dans le cadre de la convention dentaire. Les revalorisations concernent...
Exercice professionnel

40 ans d’implantologie depuis la commercialisation des premiers implants vis en titane

Bernard Chapotat, ancien assistant à la faculté de Lyon, actuellement enseignant pour le centre de formation de Global D, a...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Elles soignent à domicile

Depuis deux ans, Audrey Toulouse, chirurgien-dentiste, et Christelle Soula, son assistante, exerçaient dans un cabinet de ville des plus ordinaires....