Face à l’inobservance d’un patient en parodontologie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Les soins en parodontologie nécessitent un traitement dans la durée et ne se résument pas à une seule consultation. L’absence de suivi des soins, de la maintenance, des mesures hygiéno-diététiques conseillées, des prescriptions délivrées, remet en cause l’efficacité du traitement. L’inobservance par le patient doit être abordée selon une approche multifactorielle. Or elle est souvent considérée comme un comportement déviant et les praticiens ont tendance à rendre le patient seul responsable de l’échec thérapeutique. Pourtant, un changement de comportement peut toujours arriver et le praticien doit éviter avant tout la rupture thérapeutique.

Situation

– Depuis qu’elle s’est présentée il y a deux ans à mon cabinet pour des douleurs et des saignements des gencives, je soigne Clémentine, âgée de 34 ans, toutes les deux à trois semaines. Ses dents étaient mobiles et elle présentait des poches parodontales importantes. Fumeuse, à raison d’un paquet de cigarettes par jour, et sans technique de brossage et d’hygiène adaptée, son état ne semble pas s’améliorer comme il le faudrait.
– Je lui prodigue mes conseils, mais je m’aperçois, malgré ses dénégations, qu’elle ne les suit pas. Elle continue à fumer, à grignoter entre les repas, et sa plaque bactérienne n’est jamais maîtrisée.
– Je suis attaché au résultat de mes soins et à la santé de ma patiente, mais je ne veux pas porter le poids de l’échec du traitement.
– Dois-je renoncer ? Ai-je le droit de refuser de poursuivre les soins considérant sa mauvaise foi et son inobservance ?
– Suis-je tenu de renforcer ma relation thérapeutique et la motivation de la patiente ?

Réflexions du Docteur Charles Angioni

Attaché hospitalier en parodontologie
Service de Médecine bucco-dentaire de l’hôpital Henri Mondor

Les questions posées par le praticien expriment une lassitude et une frustration face à la stagnation du traitement, qui risquent d’altérer l’alliance thérapeutique avec le patient.

L’affect ne doit pas emporter notre prise de décision, il ne doit pas non plus être négligé au risque de ne pas percevoir son influence. La parodontite est une maladie inflammatoire chronique pour le traitement de laquelle l’adhésion du patient joue un rôle fondamental.
L’alliance thérapeutique constitue l’un des trois piliers du traitement parodontal (avec la réponse de l’hôte et l’instrumentation). Dans le cas présent, bien que l’objectif de cette alliance semble partagé (la patiente continue d’honorer ses rendez-vous), la patiente ne parvient pas à maintenir…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

DIPA : 6 600 € d’aide en moyenne selon la CNAM

« Après prise en compte des régularisations positives et des indus », l’Assurance maladie « a versé à 32 469 chirurgiens-dentistes plus de 215,5 millions d’euros, soit plus de 6 600 €...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Peut-on soigner sa famille en respectant des principes éthiques ?

Situation – « Peux-tu jeter un coup d’œil, j’ai mal aux dents depuis quelques jours ? » Nous avons tous été questionnés...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Démarche écoresponsable au cabinet dentaire

L’Information dentaire : L’ADF est engagée depuis près de dix ans pour le développement durable. De 2011 à 2015, plusieurs...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Lire pour mieux soigner nos patients

Notre devoir déontologique (et notre obligation légale avec le DPC) est de maintenir à jour, et même d’améliorer nos compétences...
Exercice professionnel

Un patient handicapé exhibitionniste

Situation Avec mon assistante, j’accueille un patient de 54 ans souffrant d’un handicap mental modéré. Alors que je l’installe sur le fauteuil...
Exercice professionnel

Forte baisse du nombre des litiges en lien avec une année tronquée

Comme le souligne Patrick Marchand, chirurgien-dentiste conseil de la mutuelle, la fermeture des cabinets lors du premier confinement, conduisant à...