Face à l’échec d’un traitement bucco-dentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°16 - 19 avril 2023 (page 42-44)
Information dentaire
Aucun praticien n’est à l’abri d’un échec thérapeutique. Il peut apparaître même lorsque des soins attentifs, consciencieux et conformes aux données acquises de la science ont été prodigués. La faute du praticien ne peut être retenue, tandis que le patient, victime de cette situation, ne peut être laissé seul face à l’insuccès. La relation de confiance nouée entre eux va conditionner la suite de la prise en charge. Le patient doit accepter l’échec et permettre la poursuite de ses soins. Le praticien doit assumer l’échec et offrir à son patient une nouvelle solution permettant la résolution des complications.

Situation

— Une prothèse dentaire parfaitement adaptée se fracture deux mois après sa pose…

— La présence d’un quatrième canal non traité au niveau d’une dent 27 mène à une infection et au retrait de la dent traitée et couronnée…

— La pose de deux implants sur un site parfaitement sain et sans antécédent médical aboutit à des péri-implantites…

Je tente d’apporter à mes patients des explications à des situations souvent complexes et imprévues. Après quoi, puis-je les orienter vers d’autres praticiens pour poursuivre leur prise en charge ?

Dois-je proposer de refaire gratuitement les soins en échec ? Ma responsabilité serait-elle alors reconnue ?

Puis-je réclamer des honoraires pour ces nouveaux traitements puisque je n’ai commis aucune faute ?

Réflexions du Professeur Olivier Hamel

Professeur des Universités. Praticien hospitalier. Faculté de chirurgie dentaire de l’Université de Toulouse.

Que celui qui n’a pas connu l’échec « imprévisible » me jette la première réprimande !

C’est la part d’imprévu à accepter dès lors qu’on travaille sur le corps humain, si complexe de physiologie, de biologie…

La question de l’acceptation partagée de ce risque, aujourd’hui certes plutôt rare, par le praticien ET par le patient est pleinement posée, à l’heure de la codécision des traitements entrepris.

Trois questions nous sont posées.

Puis-je réorienter mon patient ? Oui, bien sûr, si c’est le souhait du patient, mais surtout si cela est nécessaire pour répondre à une indication thérapeutique qui peut être nouvelle et hors de votre champ de compétence.

Dois-je refaire « gracieusement » et cela permet-il de reconnaître ma responsabilité ? Nous avons je crois tous refait un jour ou l’autre un travail suivi d’un échec, d’autant plus si on considère que cette « variable » a été prise en compte et intégrée dans nos honoraires initiaux. Quant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Acide hyaluronique : encadrement plus strict des produits injectables

Un décret publié au Journal officiel du 31 mai soumet à prescription les dispositifs médicaux à base d’acide hyaluronique injectable....
Exercice professionnel

Cybersécurité : le « pack » de BpiFrance

Face aux cyberattaques croissantes, BpiFrance, banque publique d’investissement française, dont la mission est le financement et le développement des entreprises, propose...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Dans quels cas un chirurgien-dentiste doit-il alerter la police ?

Situation – Une femme se présente sans rendez-vous à mon cabinet. Elle est blessée par une arme à feu au niveau de...
Exercice professionnel

Sécurité des professionnels de santé : les Ordres de santé soutiennent la proposition de loi

Alors que la proposition de loi visant à renforcer la sécurité des professionnels de santé, adoptée en première lecture à...
Exercice professionnel

Endocardite infectieuse : mise a jour de la HAS

La Haute autorité de santé (HAS) a mis à jour le 14 avril les recommandations aux chirurgiens-dentistes concernant la « Prise en charge...
Exercice professionnel

CNIL et santé

Sur 16 433 plaintes enregistrées par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en 2023 (+ 35 % par rapport à 2022), 3 %...