“Financer les équipements du cabinet dentaire : quel moyen ?”

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 21 février 2024 (page 38-39)
Information dentaire

Coordination Marc Sabek

L’exercice médical de qualité, le besoin permanent de développer ses techniques et d’étendre le champ de son exercice exigent du chirurgien-dentiste une formation permanente et des investissements sans cesse renouvelés pour acquérir et moderniser ses équipements, avec du matériel conforme aux exigences de qualité et de sécurité, sans oublier une productivité en adéquation avec les principes déontologiques.

L’investissement, une démarche permanente

Lorsqu’on évoque une planification des investissements, cela concerne de nombreux équipements ; on ne se limite évidemment pas au fauteuil dentaire (à « l’unit »). De multiples outils sont concernés par la problématique du financement, compte tenu de leur coût, comme les caméras pour empreintes optiques, les moteurs d’endodontie, les moteurs d’implantologie, les postes de radiographie panoramique/CBCT, les contre-angles, pièces à main et autres turbines qu’il faut multiplier pour une gestion efficace du risque infectieux, etc.

L’autofinancement

Cette variété de matériels représente des dépenses conséquentes. Les cabinets dentaires qui disposent d’une trésorerie suffisante peuvent assurer un autofinancement, quels que soient l’importance des équipements à acquérir et leur coût. C’est l’un des avantages des sociétés d’exercice libéral, de pouvoir constituer des réserves et, au besoin, assurer un financement à moindre coût et qui ne soumet pas le chirurgien-dentiste aux aléas du marché financier.

Alors que le mode de fonctionnement en BNC (bénéfices non commerciaux) confond le résultat de l’exercice avec la rémunération du praticien. Il empêche, de facto, l’autofinancement, car le praticien avancerait l’argent sur ses fonds propres.

Prêt ou leasing ?

Lorsqu’on écarte l’autofinancement, les possibilités sont l’emprunt ou le crédit-bail (autre appellation du leasing).

• Le leasing

Le chirurgien-dentiste a un statut de locataire de l’équipement « loué » en contrepartie d’un loyer mensuel. Le propriétaire de cet équipement est l’organisme de financement. La location est réalisée sur une durée définie dans un contrat initial, avec un premier loyer généralement majoré. Au terme du contrat de location, le praticien peut acquérir l’équipement loué. On parle d’un contrat de location avec option d’achat (LOA). Les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Forte proportion de TMS dans le secteur santé

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) du dos et du membre supérieur touchent 60 % des femmes actives et 54 % des hommes. La...
Exercice professionnel

Toujours plus d’appels au numéro vert SPS : la détresse des soignants ne faiblit pas

Depuis sa mise à disposition en 2016, le numéro vert SPS (Soins aux professionnels de santé – 0805 23 23...
Exercice professionnel

“Je propose un devis à mon patient qui l’accepte immédiatement : est-ce que je peux commencer le traitement dès ce premier rendez-vous ?”

Le devis : quand et comment ? Le devis, impérativement communiqué par écrit au patient, permet de formaliser son consentement....
Actualité Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Cédric Boyé, le prothésiste dentaire et photographe de vie sauvage veut « saisir la vérité de l’instant »

Qu’est-ce qui a suscité chez vous l’envie de devenir prothésiste dentaire ? Très franchement : le hasard ! Je ne connaissais pas du...
Exercice professionnel

Enquête sur vos attentes professionnelles

Proche de la retraite, notre confrère Jean-Jacques Hitau, installé en Gironde, lance une enquête en ligne pour en savoir plus...
Exercice professionnel

IA et santé, le décryptage de l’Académie de médecine

« L’usage des Systèmes d’intelligence artificielle générative (SIAgen) par les professionnels de santé doit se généraliser, il serait contraire à...