Garancière est en deuil

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 19 février 2020
Information dentaire

Deux professeurs éminents de la faculté, Richard Ogolnick et Jean Romérowski, nous ont quittés.

Richard Ogolnick a été diplômé en 1953 de la faculté de médecine de Paris et, dès cette époque, il s’est distingué en étant Lauréat de l’école odontologique. Il a ensuite quitté Paris pour Montargis où il a exercé avec sa femme Suzanne qui, elle aussi, était chirurgien-dentiste.

Mais l’amour de son métier et le désir de se perfectionner l’ont conduit à présenter et obtenir un CES de prothèse adjointe à Garancière en 1968. Il fit alors une rencontre déterminante, celle du Professeur Lejoyeux et… une nouvelle aventure commença, celle de la carrière universitaire. Il n’eut de cesse que d’en gravir les marches. Moniteur, Assistant, Professeur 1er grade et enfin Professeur des Universités-Praticien Hospitalier en 1990. Cette aventure s’est bien sûr accompagnée de thèse de doctorat, de thèse d’université et enfin d’une habilitation à diriger les recherches. Mais son domaine de prédilection, le traitement de l’édentement total, ne lui pas suffisait pas. Il ajouta une corde à son arc, les biomatériaux, enseignant cette discipline aux étudiants de deuxième cycle.
Il devint ensuite responsable du CES, du DEA de biologie et de biomatériaux, créa le laboratoire de biomatériaux, cette thématique trouva son aboutissement dans la publication de deux ouvrages consacrés à cette discipline. Il compléta cette activité pédagogique, par des responsabilités administratives en étant l’adjoint du chef de service d’odontologie de Garancière, et membre du CNESER.
Mais, surtout, pour nous tous, enseignants, étudiants, Richard Ogolnick a laissé l’image d’un homme d’une très grande culture, d’un assoiffé de lecture, d’un enseignant plus que généreux, plus que disponible, dont ses collègues, ses confrères, ses étudiants peuvent dire que « son éclat de rire était un des gouffres de l’esprit ».
La faculté de chirurgie Dentaire Garancière, ses amis, universitaires ou non, présentent leurs plus sincères condoléances à sa femme et sa famille, qui peuvent être fières de cet homme.

Avec le départ de Jean Romérowski, l’anatomie dentaire est orpheline.

Diplômé en 1956, il est entré dans la carrière universitaire à Garancière lorsque l’école odontologique est devenue une faculté avec toute une hiérarchie universitaire à construire. Il a participé à cette aventure, professeur deuxième grade, professeur premier grade, thèses, autant d’obstacles franchis grâce à une thématique que certains ont pu trouver étrange : l’anatomie dentaire. En 1975, la responsabilité de cet enseignement lui a été confiée, tâche aussi importante qu’ingrate. Mais il a relevé cet immense défi, en faisant vivre cette discipline. Puisant son inspiration dans l’enseignement dispensé par certains praticiens d’outre-Atlantique, il a su faire passer la froide connaissance de l’anatomie dentaire à une anatomie vivante, compréhensible, justifiée par la fonction. Cette approche peut sembler aujourd’hui évidente, mais cette inspiration, cette conception ont été le fil conducteur à la fois de son enseignement et de sa pratique clinique.
La publication de livres, de nombreux articles lui a permis d’obtenir une reconnaissance nationale, récompensée en 1988 par l’Académie nationale de chirurgie dentaire et surtout internationale. Jean Romérowski a dispensé son enseignement à la faculté de Monastir où il l’a non seulement développée, ex nihilo, mais surtout il a réussi quelques années plus tard à assurer sa pérennité grâce à l’agrégation d’une enseignante qu’il avait encadrée, formée au cours de ses séjours. Sa renommée internationale s’est aussi étendue au Japon, aux États-Unis.
Jean Romérowski nous a quittés, mais son enseignement demeure présent au sein de notre faculté, ses successeurs jeunes, moins jeunes, transmettent et continueront à transmettre ce qui était son leitmotiv Forme=Fonction.
C’est le plus bel hommage que nous puissions lui rendre ainsi qu’à sa femme Louisette, son fils Eric et sa famille.
Au nom de la faculté de Garancière, de ses enseignants, de ses confrères et amis, merci pour tout ce que tu as apporté à l’odontologie.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Centres de santé dentaire : une proposition de loi veut durcir leurs conditions d’ouverture

Une proposition de loi visant « à mieux encadrer l’ouverture et le fonctionnement des centres de santé » a été déposée le...
Vie de la profession

Assistante dentaire : une étude suggère la mise en place de délégations d’actes et de formations continues certifiantes

Après avoir passé au crible le métier d’assistante dentaire à travers l’Europe, notamment en Belgique, au Royaume-Uni, au Danemark, en...
Vie de la profession

Actualités de la SFBSI

La Société Française des Biomatériaux et Systèmes Implantables, fondée en 1985, est la plus ancienne société scientifique implantaire française. Elle...
Vie de la profession

Covid-19 : les assistantes dentaires peuvent réaliser des tests de dépistage

Pour faire face à la très importante demande de tests de dépistage individuel, le gouvernement a décidé de mobiliser des...
Vie de la profession

Les URPS dénoncent l’oubli des dentistes et des assistantes dans la liste des professions médicales prioritaires

« Encore une fois, les chirurgiens-dentistes et leurs assistant(e)s dentaires ne sont pas considérés comme des professionnels de santé indispensables à...
Vie de la profession

Le nombre de centres de santé dentaire a progressé de 60 % en seulement cinq ans

Folle croissance. 363 centres dentaires ont été créés depuis 2017, soit une progression de + 60 % sur cette période,...