Il est « indispensable » d’augmenter les effectifs, selon l’ONDPS

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 12 janvier 2022
Information dentaire
Dans son rapport publié le 10 décembre, l’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS) estime « indispensable » d’augmenter les effectifs des chirurgiens-dentistes en formation. Objectif, validé notamment par l’Ordre et la Conférence des doyens : une augmentation d’environ 14 % par rapport « au numerus clausus total cumulé 2016-2020 », soit plus de 7 000 chirurgiens-dentistes à former dans les cinq ans à venir en veillant à une meilleure répartition des praticiens sur le territoire. Pourquoi cette proposition ? L’organisme rattaché au ministère de la Santé se fonde sur plusieurs constats.

Une démographie professionnelle atone

Au 1er janvier 2021, 42 031 chirurgiens-­dentistes de moins de 70 ans sont en activité. Les effectifs évoluent peu depuis 1995. Ces vingt dernières années, leur croissance a été moins rapide (4 %) que celle de la population française (plus de 10 %), induisant une densité inférieure à celle des années 1990 : il n’y a aujourd’hui que 62 chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants quand la moyenne européenne se situe autour de 74. Et les écarts de densité varient du simple au double selon les régions. Quatre régions ont une densité nettement inférieure à la moyenne : Normandie (42), Centre-Val de Loire (44), Hauts de France et Bourgogne Franche-Comté (48), alors qu’Ile-de-France, Occitanie et PACA sont au-delà de 70.

Une offre de soins hétérogène

Cette démographie molle a pour conséquence l’inégale répartition géographique des chirurgiens-dentistes qui « influence leur activité et la consommation de soins dentaires sur le territoire, souligne le rapport. Là où la densité est plus forte, la population est plus souvent consommatrice de soins dentaires. La patientèle est plus réduite, mais le nombre d’actes par patient semble plus important » et inversement.

Des besoins non satisfaits

« Il existe une sous-consommation générale de soins dentaires en France », constate le rapport. Selon l’Assurance maladie, le taux de recours en France est de 41 %, nettement inférieur à la moyenne européenne, notamment par rapport à l’Allemagne et au Royaume-Uni où il est de 71 %. « Les indicateurs d’état de santé sont insatisfaisants. » La sous-consommation serait particulièrement importante pour les populations spécifiques : situation de handicap, perte d’autonomie en institution ou non, petite enfance… qui représentent « 10 à 15 % de la population française ».

Des formations parfois insuffisantes

Les professionnels à diplôme étranger sont passés de 5 % des primo-inscrits à l’Ordre en 1999 à… 40 % en 2021 contre 13 % des médecins, 8 % des sages-femmes ou 6 % des pharmaciens. « L’externalisation d’une part importante de la formation des chirurgiens-dentistes français en Europe est préoccupante, car elle pose la question de la qualité de la formation et de l’harmonisation des formations cliniques », s’inquiète le rapport. Selon une étude sur la formation initiale en Europe, jusqu’à 10 % des étudiants peuvent obtenir un diplôme européen en n’ayant pratiqué aucun acte sur un patient…

Une forte demande de soins

Le besoin de soins lié au vieillissement de la population, l’essor de la prévention, la meilleure prise en compte de la santé bucco-dentaire dans les plans de santé publique devraient contribuer à la croissance de la demande de soins. « La convention nationale dentaire de 2018 instaurant une amélioration du système de la prise en charge financière constitue un levier de développement de la prévention et de la demande des soins dentaires, estime également l’ONDPC. La CNAM note une diminution, entre 2019 et 2020, du nombre de renoncements aux soins. »

Nouvelle génération, nouvelle vie

Le profil des chirurgiens-dentistes évolue : la profession se féminise (de 41 % en 2013 à 48 % en 2021), rajeunit (48 ans en 2012, 46 ans aujourd’hui), travaille en cabinet de groupe (47 à 54 % des structures entre 2013 et 2021), se tourne vers le salariat (12 % des praticiens exercent désormais dans les centres de santé, contre 7 % en 2013) et, constate au final l’ONDPC, les nouvelles générations s’orientent vers « un exercice plus équilibré entre vie professionnelle et vie personnelle, ce qui pourrait diminuer la productivité des chirurgiens-dentistes ».

Les pistes proposées

« L’augmentation du nombre de chirurgiens-dentistes est une condition nécessaire mais non suffisante à une amélioration de l’accès aux soins, prévient l’ONDPS. En parallèle, il est indispensable de veiller à une meilleure répartition des chirurgiens-dentistes en s’appuyant sur un modèle économique plus équilibré, un système d’organisation et de formation favorable. » Pour former davantage et mieux répartir les praticiens, l’ONDPS estime qu’il faudrait augmenter les capacités de formation. Entendez, créer des unités de formation localisées dans les zones moins denses, comme proposé récemment par le gouvernement (https://bit.ly/3DRK0qD). Car lors de l’installation, la « fidélité » à la région de formation est forte : 77 % des chirurgiens-dentistes exercent ainsi dans la région de leur subdivision de formation. Et la fidélité à la région d’exercice est elle aussi très forte : en 2021, 95 % des chirurgiens-dentistes exercent toujours là où ils exerçaient en 2013.

« La création d’un véritable statut de maître de stage universitaire en odontologie pourrait permettre de mobiliser davantage de praticiens libéraux, considère encore l’ONDPS. L’ouverture de postes de maîtres de conférences ou de professeurs associés à mi-temps, proposés à des praticiens libéraux ou salariés doit être envisagée pour augmenter les capacités d’encadrement universitaire, notamment en dehors des facultés d’odonto­logie. » Le rapport propose également de travailler sur « les incitations à l’installation », « des dispositions conventionnelles promouvant un modèle économique plus équilibré » (exercice en groupe, 62 % des étudiants envisageant 3 ou 4 jours d’exercice par semaine) et reconsidérant le système de zonage ». Enfin, l’utilisation de nouvelles technologies et l’avènement de l’assistante qualifiée de niveau 2 (https://bit.ly/31WpFDQ) devraient permettre de dégager du temps médical pour les chirurgiens-dentistes.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Lutte contre l’antibiorésistance : vous allez bientôt recevoir votre profil de prescription

Les chirurgiens-dentistes sont à l’origine de 12 % des prescriptions d’antibiotiques en médecine de ville correspondant à 42 millions d’euros...
Vie de la profession

Pierre Dudognon nous a quittés

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la disparition, il y a quelques jours, d’un grand nom du monde...
Vie de la profession

Prix de l’innovation ADF 2022

Entreprises du monde dentaire, le Comident vous invite à concourir pour le Prix de l’innovation ADF 2022. Chaque année ce prix...
Vie de la profession

Alerte DPC

« L’Ordre des chirurgiens-dentistes n’a mandaté aucune société de formation continue pour les actions DPC », prévient l’institution le 30 juin. Des sociétés...
Vie de la profession

Comment s’adapter à l’arrivée de la e-carte Vitale ?

L’appli pour mobile carte Vitale est en cours de déploiement en France. Elle entrera progressivement en service cette année dans...
Vie de la profession

Vers la mise en place d’un annuaire de l’accessibilité des cabinets

Parce que 75 % des personnes en situation de handicap abandonnent tout ou partie de leurs soins courants et que 53 %...